Les crabes en marinade

07 mai 2015

Ordre de débarquement

Lecteur, lectrice,

 

j'ai l'immense bonheur de vous annoncer la venue sur Terre, en capsule aquatique 1ère classe, de notre cinquième petite merveille, notre petite Albane, le 05/05/2015 à 17h56. Je pense que plus tard, elle pourra jouer le "5" au loto...

Cette petite retardataire, initialement attendue pour le 30 avril, pèse 3,790 kilos pour 53 bons centimètres, ce qui a rendu la naissance quelque peu compliquée et périlleuse. Nous avons vécu quelques moments d'angoisse mais désormais, nous allons bien toutes les deux, grâce aux réflexes d'une super équipe chevronnée, que je ne remercierai jamais assez; et c'est bien tout ce qui compte.

Alors certes, elle n'est pas rhodanienne, hein, nul n'est parfait. Quoique, quand je la regarde, j'en douterais presque...

En revanche, comme elle a hérité de tous les neurones de sa mère (c'est-à-dire approximativement 3), elle est déjà trilingue (maîtrise parfaite du pleur de décharge - du pleur de faim - du pleur "pipi/caca").

En fait, je mens, car elle est pour l'instant d'une sagesse exemplaire.

Evidemment, tout-à-fait objectivement, sa beauté est à l'égal de l'ego de ses parents: inénarrablement-super-méga-cosmique.

D'ailleurs, vous pouvez le constater par vous-même sur le cliché ci-dessous en vous extasiant copieusement sur ma progéniture (j'ai dit vous extasier, pas vous ectasier!):

 

20150507_112725

Alors??? Comme dirait Franklin Aloysius Mumford (et c'est là que vous pouvez mesurer l'étendue de ma culture télévisée), "n'est-elle paaaaaas grandiose?????!!!"

Vous veillerez à employer un vocabulaire emphatique en ce qui concerne la choupitude de ma Pimousse, et à bien user de tous les superlatifs mélioratifs afin de la décrire. Vous avez 3 heures; sinon, vous perdez 3 points de vie. Ne vous plaignez pas, moi, j'en ai gagné 2 avant-hier, à un nouveau jeu qui s'appelle "Episio" de Tommy!!!

Pour tous ceux qui trouveraient mon post bizarre -je veux dire, encore plus bizarre que d'habitude- ne vous inquiétez pas, j'ai été sous perfusion de drogue. Enfin, je crois que c'était de la drogue, il y avait marqué "GLUCOSE" dessus (moi j'avais demandé une perf' de Nutella, mais ils n'ont pas voulu, les radins!).

Et sinon accessoirement, c'est peut-être aussi parce que je suis très heureuse et bourrée d'endorphines...

Allez, je vous abandonne; je dois traiter de toute urgence une alerte nucléaire/bactériologique/chimique dans la couche de Micro-Puce.

Colostrum et Liniment sur vous!!!

 

La Mawie.

 

 

 

Posté par La Mawie à 11:38 - Commentaires [7] - Permalien [#]


04 mai 2015

A vos postes de combat: jour J+4

Photo Effects-1427231727369

En principe, après 4 looooongs jours de rab, c'est aujourd'hui qu'aura lieu le déclenchement automatique de ma mini-fusée à eau....

A moins que la maternité ne soit surchargée de Mamans en dépassement de terme comme moi.

Auquel cas je serais TRES contrariée. Mais TRES, TRES CONTRARIEE. Je risque de friser la dépression du pré-partum. Si-si, ça existe, enfin du moins, c'est un concept qui existera d'ici la fin de la journée si on me libère pas de mon petit Bernard-l'Hermite très vite....

Alors je me jette à l'eau -à défaut de les perdre, ces fameuses eaux- et je me mouille peut-être, mais la société des eaux de Marseille est heureuse de vous annoncer une évacuation imminente....

On va voir si cette petite a le pied marin!

 

 

 

Les textes et les dessins de ce blog sont soumis à droits d'auteur. Ne pas reproduire, ne pas utiliser sans autorisation.

 

 

28 avril 2015

Y a pas l'feu au sac amniotique!

 

Logo-marins-pompiers

Lecteur, lectrice…

Toi aussi, tu te demandes ce que je fais encore là? Pourquoi je n’ai pas encore accouché?

Pour avoir une date d’accouchement, envoie naissance au 8 32 32.

Nos astrologues te répondront.

Est-ce qu’ils te répondront juste, ça, c’est une autre affaire…

 

Voilà, donc je suis à J-2 de mon terme, et ma fille nage tranquillement le crawl dans mon utérus de compet’, qui ne tressaille pas même sous la torture du ménage, du repassage, du ballon de fitness, de la marche rapide, de la montée-descente des escaliers de l’immeuble…

Bref, si les hommes avaient un utérus, le mien serait celui de Chuck Norris.

Et si ma fille ne devient pas championne de natation après 9 mois passés à buller en milieu aquatique, alors je ne sais pas ce qu’il faut faire…

 

Et pourtant, je me donne du mal, je t’assure.

 

Dimanche, il m’est arrivé une drôle de mésaventure.

Comme j’étais tranquillement allongée sur mon lit, après avoir récuré toute la maison, du sol au plafond, puis du plafond au sol, espérant que cela me déclenche quelques saines contractions, autres que celles qui tiraillaient mon mollet gauche, je me suis endormie. Comme une grosse loque, oui-oui.

Pas longtemps, une demi-heure, tout au plus.

Et au réveil, l’hallu totale:

de petits cercles lumineux se déplaçaient tout autour de ma chambre, façon stroboscope; cela scintillait de toutes parts, et lorsque j’ai posé les yeux sur le poster d'Indochine (oui, chuis fan d’Indochine, tout le monde devrait être fan d’Indochine, c’est comme ça) fixé au mur de ma chambre, je n’ai pu lire que:

 

"…DO…NE".

 

Pratique, pour jouer au Pendu… Mais curieux…

Interloquée, je regarde alors ma main gauche et m’aperçois qu’il me manque le majeur et l’annulaire.

Sur la droite, plus d’auriculaire.

Oh con, quelqu’un est venu me démembrer durant mon sommeil!!!!!

J’ai été abductée par des aliens et ils m’ont piqué des trucs!!!

En revanche, mon gros ventre, lui, est toujours là.

Ouf.

Et mes kilos aussi.

La vache, sont sélectifs, les aliens.

 

Je me dis:

"OK, pas de panique. Tu t’es endormie, tu t’es levée un peu vite, tout va bien, ça va passer. Une petite chute de tension, épicétou".

 

Je décide alors de patienter un peu.

Je ferme les yeux, je vois des tâches blanches.

Je rouvre les yeux, je vois des tâches blanches.

 

Donc, plusieurs hypothèses:

- Des orbes fantomatiques hantent ma chambre. Je miserais sur l’esprit de Michaël Jackson.

- Il neige un 26 avril à Marseille. Dans ma piaule, comme ça, tranquille.

- J’ai des pellicules.

- Il reste de la poussière après les 48 heures de ménage que je viens de me coltiner.

- Ou alors, mon œil souffre de vitiligo (bon, ça suffit, Michaël, maintenant!!!) (N.B: ne jamais taper "tâche blanche" dans Google. Ca vous fait commettre de drôle d’associations d’idées).

Dernière hypothèse, la plus angoissante, je fais une bonne crise d’hypertension et je frise l’éclampsie…

 

Au bout d’une demi-heure, en l’absence d’amélioration, je commence à me dire que si ça continue, il va falloir que ça cesse.

Je me décide à composer, tant bien que mal, le 15 et tente d’expliquer, calmement, mon problème.

Je suis époustoubouriflée by myself et mon sang-froid à toute épreuve, jusqu’à ce que l’agent de régulation me demande à quand remonte ma dernière visite à l’hôpital.

Je cherche la date dans mon dossier médical, épais comme un annuaire de la région Rhône-Alpes, et là...

 

impossible de lire le moindre mot.

On aurait dit que tout avait été passé au Tip-Ex!!!

 

LA, j’ai paniqué.

Mais VRAIMENT.

La dame au bout du fil aussi.

 

Elle m’explique qu’elle va faire venir les Marins-Pompiers chez moi,

 

"Tout.de.suite, Madame".

 

P’tain, quoi, les pompiers débarquent chez moi et je ne suis même pas maquillée (toutes les femmes sauront de quoi je parle)!!!!

Bon, eh bien, inutile de s’y mettre maintenant, c'est trop tard.

Autrement, avec mon œil torve, je vais ressembler à une toile de Picasso.

Ou bien à… Vous vous rappelez, cette espagnole qui avait refait le portrait du Christ?

4276033

Vous êtes d'accord, personne ne peut me réclamer de droits d'auteur, si j'utilise cette photo... Ce serait criminel...

 

Alors que là, je ressemble juste au mammouth de la grotte de Lascaux.

Ca va, quoi.

Ouais bon ben ho, chuis enceinte, hein!!!!

 

J’appelle mon mari, pour le prévenir que je vais le trahir avec d’autres marins-pompiers que lui sous son propre toit.

Oui, parce que mon mari travaille chez les marins-pompiers, lui aussi, bien qu'il exerce une spécialité différente.

Mais celui lui confère le privilège... ou devrais-je dire, ME donne la chance de pouvoir l'admirer dans LE fameux uniforme, somme toute assez flatteur pour la zone comprise entre le haut des jambes et le bas du dos:

 

ceinture

Zone comprise entre le haut des jambes et le bas du dos.

Ben quoi, elle est pas trop swag, cette ceinture???

Oui ben un peu de tenue, Mesdames, ceci est un blog FA-MI-LIAL!

 

Non, vraiment, si la police d'Anastasia Steel... euuuuuh!!! Si la police du style interpelle mon mari dans cette tenue, il prend perpète à la prison des Amazones, avec un forfait de mille châtiments corporels.

 

Non, non, les Marins-Pompiers ne portent pas de cravate, non.

Quoi, la lance à incendie???

M'enfin, je ne comprends rien à vos messages subliminaux...

 

Bref, lorsque le Mawi rentre dans la chambre, je m’aperçois avec horreur que je ne vois plus ses cheveux!!!!

... Ah putain, il est chauve, c’est vrai...

 

Je lui explique que je ne vois plus rien, ou du moins, par intermittence et comme à travers une passoire, et là, je le vois blêmir.

Ah ben non, il est noir.

Foutues tâches blanches, rhaaa!!!

 

Bon sang, en fait, n’importe quel visage sur lequel se pose mon regard ressemble furieusement à un Donut…

Je gamberge sérieusement et me dis que c’est fichu, mon bébé doit naître dans quelques jours et si ça se trouve, je ne serai même pas en mesure de voir sa bouille. Cette pensée m’a vraiment travaillée.

 

Oups, plus le temps de réfléchir, ça sonne!


Je descends les escaliers un peu comme je le peux, en évitant de me rétamer (remarque, c’est le moment ou jamais de se casser un truc, heing. Ce n’est pas tous les jours que les marins- pompiers de Marseille viennent faire un strip-tease chez vous vous sauver).


J’ouvre la porte, et je distingue des tâches bleues barrées de rouge.

Comme ça:

stationnement

Ah mince, j’ai dû aller trop loin et sortir dans la rue.

 


"Marins-pompiers, qui est malade?"

"MOI-MOI-MOI!!!"

Ouh la, ça tourne. Besoin de m’asseoir. Je me laisse tomber sur la chaise du salon avec la grasse grâce de Bibi Phoque.

J’entends l’une de mes jumelles descendre discrètement les escaliers et chuchoter à l’oreille de sa sœur:

"Ah non, c’est trop nul, ils z’ont même pas de casque!"

Deux silhouettes se tiennent en face de moi et l’une d’elle m’interroge:

"Vous savez quel jour on est?"

Je réponds "Dimanche!" très vite, sans réfléchir.

"C’est bien, elle se repère dans le temps".

Ben ouais, dimanche, quoi, le meilleur jour de la semaine! Enfin, ça dépend quel métier on fait… C’est sûr que pour les hommes en bleu, le Dimanche n’est pas forcément synonyme de repos…

 

(Au passage, heureusement qu’on n’était pas mercredi.

Moui, parce que j’ai un contentieux avec le mercredi, do you remember?)

 

"Vous savez où on est, Madame?"

"Oui, chez moi!"

"Chez moi où?"

 Non, pas chez toi, chez MOI. A Marseille.

"Quelle adresse?"

Ouaiiiiiis je crois que j’ai un ticket, les fiiiilles!!!!!!!

Le prochain coup, il me demande mon 06!!!

 

"Bon, ça va, ce n’est pas un AVC a priori. Vas-y, prends lui la tension…"

Et là, quelque chose sur ma gauche me touche le bras. Je bondis.

"Ah pardon… Nous sommes 3, en fait".

La vache!!!! Sur les 3 hommes, je n’en avais vu que deux… C’est dire comme j’étais atteinte…

Et en même temps, quel gâchis, 3 marins-pompiers chez moi et seulement 2 visibles, crotte...

 

"Vous ne vous droguez pas?"

Euuuuh beeeen… Le Nutella, ça compte?

 

Petit à petit, j’y vois un peu mieux et je commence à distinguer le sommet du crâne des deux militaires en face de moi.

Un roux, un brun.

Je ne vois par contre toujours pas celui qui se trouve sur ma gauche, mon champ de vision est tout rétréci.

Façon cheval avec des œillères, vous voyez? Ah ben non, vous ne voyez pas… Et moi non plus.

 

Je leur explique que je ne visualise que la moitié de leur visage, et le roux se marre:

"C’est pratique, quand on est moche!!!!"

12,6 de tension, c’est bien, c’est rassurant.

 

Le brun: "Alors comme ça, c'est votre premier bébé?"

Moi: "Non, mon cinquième!"

Le brun: "VOUS PLAISANTEZ???"

Moi: "Non, non, c'est vrai!"

Sifflement admiratif du brun: "Eeeeh bien... Laissez-moi vous dire que physiquement, vous ne faites absolument pas vos 5 enfants..."

Je glousse, pas peu fière.

Le Mawi aussi.

 

Le brun appelle le neurologue de l’hôpital qui tient à me parler, je lui redéballe vite fait mes symptômes et là il m’explique qu’il souhaite me voir;

"Je dois venir avec les pompiers, alors?"

"Bien vu, vous venez avec eux, repassez-les moi."

Bien vu, bien vu… Il a de l’humour, lui…

 

Je tends le téléphone au militaire, qui reprend sa discussion: "Non, à part du Biogaran, elle ne prend rien du tout".

Je souris intérieurement, parce que Biogaran, c'est le nom du laboratoire.

Chose que doit lui faire remarquer le neurologue car le brun se rattrape: "Oh oui, pardon, de l'Oméprazole..."

 

ET DU NUTELLAAAAAA!!!!

 

Et me voilà en train de monter dans le camion pour un trajet VIP avec 3 gardes du corps rien que pour moi.

La classe à Dallas, j’ai envie de dire. Comment je vais trop craner auprès des copines, demain!!!!

Mais la route est chaotique, et les suspensions en sale état.

Très vite, je ressens des contractions arriver, par vagues.

 

Je rends compte au Roux qui tente de me rassurer:

"Nous sommes presque arrivés. Regardez, vous pouvez voir où on est, par la vitre?"

Je n’ose pas lui dire que j’ai un sens de l’orientation calamiteux et que même Crocodile Dundee se débrouillerait mieux que moi, lâché en milieu urbain. Vraiment, je suis une handicapée de la carte routière, et je vous assure que c’est grave et parfaitement incurable.

Du coup, je réponds:

"Aaaaaah mais ouiiiii…."

Mais en fait, non.

 

Pour détendre l’atmosphère, il me fait jeux de mots sordides sur la vue.

 

Aussi, si vous êtes aveugles, pitié, ne lisez pas ce qui va suivre!!!

(Note pour plus tard: penser à faire un blog en braille)

 

"Il ne fait pas beau, aujourd’hui", dit son collègue.

"Boaaah c’est une vue de l’esprit, pas vrai, Madame?" me demande le roux, en me faisant un clin d’œil.

Enfin pour moi, étant donné que je ne voyais que la moitié de son visage, c’était un clin d’œil.

Mais si ça se trouve, c’était simplement une nictation naturelle (ça vous fera chercher un nouveau mot dans le dico. Et non, la nictation n’a rien à voir avec «nictamère»).


"Votre sac, Madame, je le mets sur vos genoux. Parce que l'étagère est haute et comme vous avez la vue qui baisse…"

Ouais, ben fais gaffe que ma vue ne baisse pas trop, garçon, parce que ton postérieur est à hauteur de mon horizon, là... Tu vois ce que je veux dire?


"Alors, Madame, c’est toujours ambiance «boîte de nuit» dans vos yeux, ou ça passe?"

"Un peu, mais moins!!!"

"Pour les flashs bleus, c’est normal, hein, c’est le gyrophare!"

Je lui réponds: "Ca crève les yeux", et il se marre.

Bon public, quand même.

Manque plus que les sirènes, pour l’animation, et ça passera nickel!!! On va mettre le feu, ouaiiiiis!!!!

 

Arrivée à l’hôpital de la Timone;

l’attente est assez brève.

Mes accompagnateurs retournent à leur devoir (snifff... Adieu...) et me laissent en compagnie des infirmières.

Elles sont surchargées de travail, le hall est blindé de brancards et ressemble à la cour des miracles.

Franchement, j’admire la patience du personnel qui se fait à moitié agresser par une vieille dame, qui a visiblement oublié sa politesse à la maison.

Et du coup, je n’ose pas déranger l’équipe et lui dire que les contractions se font plus intenses, mais l’angoisse d’accoucher entre la vieille dame acariâtre et la malade imaginaire qui se trouve à ma droite étant la plus forte, je finis par me manifester:

"Eeeuuuuuh, excusez-moi, s’il-vous-plaît… Je crois bien que mes contractions se rapprochent…"

L’infirmière qui m’a reçue lâche tout et accourt:

"HEIN, QUOI?!!

Mais vous ne pouvez ABSOLUMENT PAS ACCOUCHER ICI, on n’a rien, ici!!!!

J’appelle le neuro TOUT-DE-SUITE!"


Râle de la vieille dame qui se plaint du fait qu’elle était là avant moi.

Réponse immédiate de l’infirmière, les dents serrées:

"Vous n’avez pas besoin d’un neurologue, vous!"

 

Et je sens bien qu’elle résiste à l’envie d’ajouter:

"En revanche, l’euthanasie suivie d‘une bonne thanatopraxie, ça peut s'arranger…"


Et effectivement, le neurologue arrive rapidement.

Je lui explique que je commence à ressentir une drôle de douleur qui me vrille le cerveau.

Il effectue un bilan rapide et m’explique que les phosphènes dont je souffre sont en fait dus à une migraine ophtalmique avec aura. 

Façon Bernadette Soubirous, la Vierge en moins, quoi.

J’aurais au moins appris quelques chose durant cette journée tordue…

Impressionnant, donc, mais transitoire et sans gravité.

Je vois bien que le neurologue est très pressé de me renvoyer vers la maternité.

Du coup, j’ai droit à un deuxième transport VIP, en ambulance, cette fois.

 

Au départ, l’ambulancier se donne contenance et me tapote l’épaule en me répétant:

"Ca va aller, ne vous inquiétez pas, on va y aller doucement. Ne vous inquiétez surtout pas, hein! Saint-Joseph n’est pas loin. Allez, allez, ma p’tite dame."

Je me demande qui est-ce qu’il tente de rassurer ainsi.

Parce que moi, ça va, hein, je suis zen!

Depuis le temps que ma fille se fait attendre, je doute qu’elle arrive sur des contractions espacées de 10 minutes. A moins qu’elle ne décide, après 9 mois de brasse, de se lancer dans le sprint.

 

Durant le trajet, l’ambulancier me demande timidement:

"Dites, euh… Vous n’avez pas envie qu’on vous mette la clim?"

Je réponds: "Non, non, merci, la température est parfaite!!!"

Lui, après une hésitation: "Non mais en fait, c’est pour moi. Je suis un peu stressé, là. Vous comprenez, j’ai déjà dû accoucher ma femme et je suis encore traumatisé, et là, avec vos contractions… Rho la la…"

J’explose de rire, et je lui explique que je n’ai aucune envie de pousser.

Ca semble le rassurer. Un peu.

 

Arrivés à Saint-Joseph, mon mari est déjà sur place.

L’ambulancier plaisante avec lui:

"Je suis bien content de me débarrasser de votre femme!!!" et le Mawi a, à son tour, droit au récit de l’accouchement catastrophe de Madame.

Le pauvre, il n’avait pas besoin de ça…

 

A la maternité, je suis placée sous monitoring et examinée; le verdict tombe, implacable:

col long, postérieur et fermé,

malgré les contractions sans doute plus dues au stress qu’à un vrai début de travail.

 

Accouchement imminent??! Tu parles, avec des jumelles en bois, oui!!!!!

Je suis déçue comme jamais, j’en ai tellement mââââârre de cette journée interminâââââble…

J’ai quand même droit à un shoot d’oxygène qui me libère partiellement de mon mal de crâne.

Aaah c’est d’la bonne…..

 

Mais à 23 heures, fin des hostilités.

Mon ventre devient aussi souple que mon ballon de fitness. Qui se dégonfle plus vite que moi, à l’évidence.

Et aujourd’hui, le rendez-vous de surveillance fœtale n’est pas plus concluant.

Un monitoring aussi plat que les Landes. Ou comme la poitrine de Jane Birkin.

 

"Bon, vous revenez dans 48 heures pour un nouveau monito et une écho!"

Réaction du Mawi à cette annonce: "Oooooh putain….."

Réaction intérieure de moi-même à cette annonce: "Ooooooh putaaaaain!!!"

 

Non, vraiment, je commence à penser que ce bébé sera un futur Tanguy de 4 kilos bien tassés.

Hé, ho, c’est la fin de la trève hivernale! Je suis en droit de l’expulser, si je veux, non…?

Parce que si ça continue comme ça, mon canapé, qui s’affaisse de plus en plus sous mon poids, va finir par m’éjecter de lui-même…

 

Et puis, j’ai peur d’être arrêtée pour recel, ou séquestration, un truc comme ça:

"Madame, ça suffit!!!! Ca fait 9 mois que vous le retenez prisonnier, libérez ce bébé tout de suite!!!!"

"Nan mais vous ne voyez pas que c’est lui qui me tient en otage!!!!?"

 

 

Remerciements au BMPM.

 

10 avril 2015

Survivre au Mercred'aïe*...

 

* Mercredi : Jour qui suit le mardi et précède le jeudi, et généralement frappé d’absence de prise en charge scolaire. Ce n’est pas pour rien si parfois, on lieu de dire le mot de Cambronne, on remplace ce dernier par "Meerrrrr…. credi!!!", qui cristallise toutes les frustrations parentales subies en ce jour précis. Chez les parents dits "non-actifs" (oxymore, voire non-sens total), le mercredi développe un sens aigu du sacrifice, du renoncement, de l’abnégation et parfois un syndrome anxieux chronique. Parents, ne restez plus seuls, des solutions existent. Je n'ai pas dit "efficaces"...

 

Fait nouveau pour moi depuis la reprise de mon activité professionnelle, à présent que je suis en congé maternité, il me faut à nouveau me réadapter aux mercredis, dont l’animation était assurée jusqu’à présent par ma petite nounou (laquelle mérite, je le sais depuis, amplement son salaire. Voire une médaille du travail).

 

Message personnel:

Alexandra, si tu me lis, je me prosterne devant toi, ô grande prêtresse du divertissement ludico-pédagogique.

Je t’aime, les enfants t’aiment, toute la famille t’aime,

reviens!!!

 

Josh Stanley "Nicolas Sarkozy, reviens, je t’en prie. Viens nous sauver la vie"

 Oups, pardon!!! Petit incident technique...

 

- Hervé Vilard (1980 )- " " Reviens ! ""

 Lààààà. "C’est tellmin plus bô, chuis tellmin continte, c’est tellemin romintal et sintimintique..." (Céline Dion).

 

Pourtant, je ne retravaille que depuis le mois d’août 2014, mais le fait est que l’on sous-estime réellement à quel point les mercredis au boulot sont salutaires et reposants (note: penser à supprimer mon chef si un jour il lit ces lignes. Ou réfléchir à la façon de le soudoyer au moyen de substances illic… de produits chocolatés. Il va vraiment me prendre pour une fonc... euh, pour une feignasse de première classe).

 

Afin de pouvoir me plier à cet exercice, il m’a donc fallu trouver plein de nouvelles idées récréatives, si possible pas trop infantilisantes.

 

Oui, parce que je ne sais pas si vous savez remarqué la façon dont nos chérubins se débrouillent TOUJOURS pour nous impliquer dans leurs jeux:

"Alleeeez Mamaaaaan, silteupléééé, joue, avec moi… Sinon c’est pas drôle!!!!"

(Lèvre inférieure retroussée façon Bubba, menton tremblotant comme la gélatine dans Jurassic Park, coin de l’œil humide - je soupçonne ma fille d’avoir mis la main sur la réserve de collyre, c’est pas normal d’arriver à pleurer sur commande comme ça. Je pensais que seule Marion Cotillard savait faire cela- et paupière tombante, regard suppliant et nez morveux… Elle est tellement chou!!!!)

...Et évidemment, tout attendrie, vous tombez dans le panneau du pathos.

 

Aussi vous faut-il trouver des activités pas trop cucul-la-praline, dans la mesure du possible.

Sinon, vous risquez de vous retrouver avec le QI d’une fraise avant la fin de la journée.

 

Pour mes deux aînés, aucun problème: l’éducation nationale pourvoit à tout en les assommant de devoirs, ce qui les rend généralement inobservables à l'oeil nu pour le restant de l’après-midi, terrés derrière un monticule de livres et de cahiers.

 

Pour les plus petits, par contre, si vous n’avez pas ce salvateur centre de détention à ciel ouvert pour enfants, que l’on appelle jardin, vous pouvez tout de même tenter de joindre l’utile à l’agréable.

 

- Par exemple, mes filles adooooorent jouer à la coiffeuse, et "on dirait que je serais leur cliente".

 

Au départ, je voyais là une bonne occasion de me faire papouiller le cuir chevelu.

Naïve, hein…

 

En fait, je suis ressortie du salon de coiffure fictif avec une coiffure qui elle, ne l’était pas, entre le chou chinois émincé, le caniche affro et la barbe de mon grand-père.

C’était Magnifaïque, ma Chérie.

 

Et j’ai passé l’aspirateur pendant 3 heures avant de pouvoir éliminer jusqu’au dernier cheveu perdu sur le sol, décédé sous les assauts répétés et passablement agressifs de la brosskipik.

Mais bon, on dit qu’être chauve est une bonne maladie: il n’y a pas de rechute possible…

 

- Il reste la solution plus soft, plus cocoon, de vous caler sur le canapé entourée de vos progénitures et de lancer un Disney.

C’est un moment régressif que j’assume totalement.

Le dernier que l’on ait vu ensemble, c’était "Maléfique", avec cette agaçante Angelina Jolie qui réussit à encore bien porter son nom, même cornue (quand je dis "cornue", c’est parce que Brad s’est tiré pour se mettre en couple avec moi. Si-si. Jalouses...).

Le midi, nous avions mangé des épinards et l’une de mes jumelles fut prise de flatulences odoriférantes, pétaradant par cycles, tous les ¼ d’heure environ.

NDLR:

Avant un Disney, du riz cuisiner.

 

- Après, vous pouvez aussi mettre en œuvre un atelier  "coloriage/peinture/découpage".

A condition de ne pas servir de modèle, à moins que vous ne teniez à ressembler à une version Quasimodo-A-Peu-Près-Grosso-Merdo de vous-même, et que l’humiliation d’être affichée ainsi sur le réfrigérateur et vue de la sorte par tous vos invités ne vous dérange pas.

 

Note pour plus tard:

Arrêter d’inviter des gens.

 

Vous: "Ooooh bravo ma chérie!!! Il est super bien réussi, ton extra-terrestre!!!!" 

Votre bouture, dépitée: "Mais... c’est pas un extra-terrestre... c’est toi, maman!!!!"

 

Et le pire, c’est que c’est votre mini-artiste qui se vexe de ne pas voir son talent reconnu. 

Alors que vous, si vous ressemblez à une patate surmontée d’un cou de girafe, vous n’avez non seulement pas le droit de te plaindre, mais en plus, pour contribuer à l’épanouissement de votre enfant et instaurer une confiance durable en lui-même, vous vous devez de vous extasier quant au réalisme de l’œuvre et à son joli mélange de couleurs primaires (vert caca d’oie).

 

Madame Dolto, si vous me lisez, je vous hais (décédée en 1988??!!! Eh bien, il y a une justice!!!)...

 

Mais tout de même, je dois avouer que les créas artistiques du mercredi sont l’une des saines activités qui m’ont souvent sauvé la mise.

Et puis, bien souvent, je me mets à la même table que mes filles et je dessine avec elles, ce qui me permet de passer un moment sympa en leur compagnie. C’est pourquoi je consacre un budget quasi-illimité et totalement déraisonnable en fournitures d’art, ce qui m’oblige me permet d’aller régulièrement faire un saut dans l’un de mes magasins préférés, Cultura… que je vénère presque qu’autant qu’Ikéa, Alinéa et autres magasins formidables à l’appellation en "A".

 

Pour un autre débat sur les noms se terminant en "A":

 http://www.za-gay.org/forum/viewtopic/36611/les-prenoms-finissant-en-a-sexuellement-plus-attractifs-/0/ 

Vous n’imaginez même pas ce que j’ai dû taper dans la barre de recherche Google pour trouver cette page. 

 

Si toutefois ce n'était pas assez clair:

an A

Conclusion: Les italiennes sont toutes des travestis. Même MonicA Bellucci. CQFD.

 

Et donc, au gré de mes pérégrinations dans les rayons de cette caverne d’Ali Baba (encore un nom en "A"… Ca devient louche…), j’ai dégotté ceci:

 

P4112768

Késako? 

Un peinture-stylo-pinceau (pierre-feuille-ciseaux!!! T’as perdu…) multitâches.

Et antitaches, surtout!!! Parce que je ne sais pas pour vous, mais chez nous, après une séance de peinture, le salon ressemble à un terrain de paint-ball…

Non mais vraiment, le type qui a inventé ce pinceau à réservoir doit absolument être retrouvé et décoré de la médaille du mérite, au nom de toutes les mères de la Nation!!! On va mettre Tom Hanks sur le coup…

 

Il-faut-sauver-le-soldat-ryan-saving-private-ryan-Steven-Sp

 

 

Après tout cela, il n’est que 15 heures et il vous reste encore deux bonnes heures à tenir avant le retour du Paternel, que vous attendez comme le Messie; deux heures à servir de cobaye, de poupée vivante, de victime désignée volontaire.

 

L’entraînement du SAS, à côté, c’est de la rigolade; 

non, un vrai stage Commando se fait à domicile, avec vos enfants. C’est le meilleur terrain d’aguerrissement connu à ce jour.

Là, vous êtes sûrs de ramper à la recherche du jouet perdu sous le canapé, d’être formé à la protection en cas d’attaque à base de substances hautement toxiques type VOPUCAPI (vomi-purée- caca-pipi), d’être soumis à la question ("Comment on fait les bébéééés???" ... et ils ont les moyens de fous faire parler, les bougres: "Je vais le dire à la maîtresse!"), de subir les pires privations de sommeil qui soient...

... tout en restant stoïco-ataraxique.

Sustine et abstine, ma fille. Pense au pot de Nutella qui sera ta récompense ultime.

 

L’un des autres grands amusements de de mes jumelles en ce moment, c’est de jouer avec leur petite sœur.

Qui est encore dans mon ventre, je le rappelle.

Aussi n’est-il pas rare, alors que je suis confortablement installée devant le navet du mercredi, "Pomdophine Chérubin" (c’est l’histoire d’un ange lilliputien catapulté* sur la Terre, afin de servir de médiateur familial. Aaaah non. Je ne parlais pas de Sarkozy**...), de voir débarquer mes mini-puces, soulever mon pull et coller leur oreille sur mon abdomen en espérant entendre pleurer ma crevette par propagation amniotico-sous-marino-in-utero des sons.

* C’est dégueulasse, le concept de ce téléfilm; je rappelle que le lancer de nain est interdit sur la commune de Morsang-sur-Orge, hein. 

** Han la la, c'est très méchant comme comparaison. Pour les personnes de petite taille.

 

Et après, une fois qu’elles sont lassées de jouer aux oreilles d’or, elles comptent mes vergetures. Ce qui me fait encore gagner une bonne ½ heure.

 

Pour les jeux de société, vous pouvez tenter une partie avec vos marmailles si et seulement si vous êtes certains d’avoir acquis la maturité et la force mentale nécessaires à l’affrontement de l’épreuve de l’échec face à plus petit que vous; oui, il vous faut avoir atteint la sagesse combinée d’Obiwan Kenobi, du Pape François et du Dalaï-lama.

Car je connais des adultes qui sont encore mauvais perdants à 60 piges.

Mon propre grand-père, par exemple, refuse toujours de perdre une partie de dame contre ses arrière-petits-enfants et va même parfois jusqu’à tricher, invoquant sans vergogne son grand âge pour justifier le côté obscur de sa fourberie stratégique ("Aaaah mon petit!!! Avec mes yeux qui voient flous, tu sais, je n’ai pas vu que je m’étais trompé de case!!!! Mais bon, c’est trop tard pour changer, hein, j’ai bouffé ton pion… Hopeulàààà!!! Disparuuuu!!!!").

Oui, je l’ai vu, de mes yeux vu, passer du côté obscur de la force, et ce n’est pas joli-joli…

triche

Un petit stage au Tibet lui aurait fait le plus grand bien. Il paraît que 7 ans est la durée optimale.

 

Mais voilà qu'arrive l’heure bénie du goûter, seul moment de la journée où mes enfants perdent l’usage de la parole, trop occupés à mastiquer.

Note survivaliste:

Toujours avoir des munitions dans votre placard, afin de recharger régulièrement la bouche de vos enfants en cas de logorrhée récidivante.

 

Il est 17 heures, vous pouvez passez le relais à celui par la faute duquel vous subissez tout cela:

le géniteur.

Bah si, il y est un peu pour quelque chose, quand même;

alors, aidez-le à assumer sa paternité, à le faire contribuer à ces petites joies simples du partage parent-enfant...

Vous verrez, il sera RA-VI.

Ca marche aussi pour quand votre bambin crie, assis sur le trône: "J’AI FINIIII DE FAAAIIIIRE CACAAAAAA!!!" et que vous faites semblant de ne pas entendre, ou de faire autre chose.

 

  

 

07 avril 2015

Et maintenant, une page de publicité!

 

Certaines de mes connaissances ont de l'or dans les doigts, et beaucoup d'imagination.

Lorsqu'elles réfléchissent, des paillettes leur sortent des oreilles et de nouvelles idées émergent de leur subconscient dans un arc-en-ciel d'inventivité.

 

Alors, une fois n'est pas coutume, je me permets de faire un peu de publicité pour deux vraies créatives et leurs sites respectifs, pour lesquels je peux garantir le sérieux et la qualité du service rendu:

 

1/ Vous vous épousaillez?

Vous souhaiter organiser votre cérémonie sur l'île de la Réunion (ben quoi, il n'est pas interdit de rêver!!!) ?

Eh bien, vous avez ma bénédiction, ma chère enfant.

Certes, pour le choix de la bague, je ne peux pas influencer votre futur époux.

En revanche, pour ce qui est de votre décoration en ce jour unique (ornementation de la voiture, de la salle de réception, de l'église...), je ne peux que vous conseiller les talents d'Alexandra, pointure dans le milieu de l'événementiel sur l'île.

Cette chouette et sympathique artiste vous propose également ses services pour les baptêmes, communions, anniversaires...

Bref, tous les prétextes sont bons pour faire la fête et elle saura vous accompagner avec le plus grand goût, tout en restant à votre écoute, dans le respect de vos choix.

 

Vous pourrez retrouver toutes ses jolies créations sur cette page:

https://www.facebook.com/#!/pages/F%C3%A9e-mains-by-ALexandra/1552731374958978?fref=ts

 

Petit aperçu de la délicatesse de ses compositions:

10460459_1594922897406492_765358920312698889_n

 

Alors j'dis ça, j'dis rien... Mais c'est Alexandra qui a réalisé ma déco de mariage, et je peux vous affirmer qu'elle a réussi à donner vie à mes rêves de petite fille.

Et pourtant, ils étaient sacrément tarabiscotés, vous me connaissez.

 

 

2/ Vous êtes enceinte ou vous avez un cadeau de naissance à faire?

Oooooh, comme c'est gentil à vous de penser à moi!!!! Nan??! Bon, j'déconnais (quoique!)...

Si vous n'êtes pas enceinte, eh bien je vous suggère fortement de vous mettre au boulot dès maintenant (allez, c'est le printemps, quoi, la saison des amours!) afin d'avoir un prétexte de commander sur le très mignon site BABIG.FR, dont vous pouvez retrouver les références dans la colonne de gauche, rubrique "LIENS".

Non, votre autre gauche!!! Voilà.... Elle possède également une page Facebook:

https://www.facebook.com/#!/babig22?fref=ts

 

Cette adorable bretonne (oui, je fais dans le régionalisme, aujourd'hui; j'ai le droit, c'est mon blog!) vous propose de magnifiques gâteaux de couches (nan, ce n'est pas comestible!!! Mais vous ne pensez qu'à la bouffe, ma parole!).

Voyez par vous-même, avec ce joli Grozibou:

10502253_1580245948854688_6927689723124312044_n

Alors, c'est pas de la maxi-choupitude-croquignolette, ça?

 

Vous pouvez commander en ligne, Babig livre partout en France.

 

A vos clics!!!

 

 

 

 


03 avril 2015

Joyeuseries parturientesques...

 ... et conséquences.

 

Aujourd’hui,

puisque mon état physique de diplodocus ankylosé le justifie pleinement (j'ai l'impression de m'être fossilisée sur un gros rocher) et puisque c’est ma dernière grossesse (mais ne me regardez pas comme ça… puisque je vous le dis!!!!), je vais me faire plaisir et exorciser avec vous ce qu’on appelle très poliment "les petits désagréments de la grossesse".

Moi, je les appellerais volontiers "chiantitudes gravidantesques", et j'insiste sur le "dantesque", mais bon….

Oh, alors... Je dois au préalable procéder à un avertissement, car ce texte comprendra du contenu de catégorie VI (œuvre  réservée à un public averti, comportant des scènes susceptibles de choquer les individus dont le numéro de sécurité sociale commence par "1", et de leur infliger un traumatisme pouvant nuire à leur épanouissement physique, mental ou moral):

Donc, si vous avec du poil aux pattes, la délicatesse d’un Mammouth, une grosse voix caverneuse et que vous aimez le foot, c’est que vous avez un excès d’androgènes et qu’un RDV chez un endocrino serait le bienvenu, mais que paradoxalement, vous vous mettez à couiner à la vue d’une aiguille de péridurale ou à faire un malaise à la vue du sang..

...bref, si vous êtes un hominidé de sexe masculin

vous pouvez exceptionnellement passer votre chemin.

 

conchita

                               Toi, c’est bon, tu peux rester.

 

Car aujourd’hui, nous parlerons d’un autre type de ballon(nement), source de vie (ouais, comme dans la pub Vulv… euh, Volvic), de joie bien sûr mais aussi de stress… et tout le monde connaît mon naturel calme et optimiste (vous pouvez remplacer "calme" par l'un des mots de la liste suivante: angoissé, anxieux, sensé, oppressé, bileux, craintif, soucieux).

Voici donc une petite liste (non exhaustive) qui rappellera sans doute bien des souvenirs à certaines d’entre vous:

 

- Au-jour-d'hui, on n'a plus le droit...

d'avoir faim. Et moi, enceinte, j’ai faim.

Mais TRES FAIM. Et tout le temps.

D’ordinaire, je suis gourmande, mais là, c’est simple, ma frénésie alimentaire est un mix grossier entre l’appétit de Shrek et la délicatesse du palais de Jean-Pierre Coffe (qui fait de la pub pour Laideur Price, je vous le rappelle; éloquent); c’est bien simple, mes papilles apprécient tout ce qui est comestible.

Je n’ai pas dit BON, j’ai dit: COMESTIBLE.

Jean-shrek Coffe

                                          Jean-Shrek Coffe

 

- Conséquence logique Number One:

J’ai eu des remontées acides terribles… Vous savez, cette délicieuse sensation d’avoir un garde-manger perpétuel dans l’arrière-gorge;

utile en cas de disette, mais l’impression d’avoir une pelote de régurgitation coincée dans l’œsophage n’en est pas moins terriblement douloureuse.

Ah, je vous avais prévenus, hein... Classe, distinction…. Tout ça...

 

- Conséquence logique Number Two:

J’ai fini par prendre euh… comment dire… de la masse volumique...?

Certes, il est logique de voir apparaître une certaine excroissance au niveau de l’abdomen; vous savez, celle qui vous fait perdre TOUTES les parties de cache-cache avec vos enfants:

cache-cache

 

Alors bon, au début, quand on a mis quelques années à retrouver un ventre au plat tout relatif après sa dernière grossesse (gémellaire, qui plus est), on a un peu de mal à accepter cette petite bouée naissante; vous savez, juste entre le 1er et le 4ème mois, lorsque les gens hésitent encore entre vous féliciter ou vous dire:

"Dis… et si tu venais faire un peu de sport avec moi??? Ca te ferait du bien, je t’assure..."

Non mais rassurez-vous, ce complexe est vieux comme le monde:

déjà, les auteurs crétins, euh… chrétiens des IIIème et IVème siècles refusaient d’admettre que notre Terre Nourricière soit ronde;

un peu comme vous, quand vous voyez Kate Moss dans les magazines et que vous vous hasardez à poser un œil sur votre abdomen replet juste après.

Que faites-vous?

Vous refoulez, vous niez, bien sûr!

NON, votre ventre est PLAT, jusqu'à preuve du contraire!

Mais, soyons réaliste... Porter la Vie suppose quelques sacrifices; imaginez un peu notre bonne vieille Terre, citée plus haut, anorexo-photoshopée:

Terre régime

  Oh merde... Bien sûr, comme par hasard, c'est ENCORE l'Afrique qui morfle...

 

Certes, je vous le confesse… au début de ma toute récente grossesse, j’avais moi aussi le même réflexe idiot:

"Mais siiiiiii, je rentre encore dans mon 36!!! Si je vais aux toilettes avant, que j’arrête de respirer et que je rentre les fesses, j’y arrive, vous voyez bien!!!"…

Aaaah la force d'auto-persuasion de la pregnante...

Mais atteint un certain stade, nier devient impossible; et d’ailleurs, vous commencez à apprécier vos formes, finalement attendrissantes, et réaliser que ce petit bedon nourrit quelque chose de bien plus préccccccieux que votre ego…

Alors vous vous résignez et finissez par accepter le fait que OUI, quand vous vous faites couler au bain aux ¾ de la baignoire, l’eau finisse par déborder lorsque vous y rentrez, façon "Orca prend des cours de natation à Vaison-la-Romaine";

OUI, sur vos 4 grossesses et 1/3 cumulées, vous avez pris en tout…

euh, attendez, que je calcule…

Alors: (20x2) + 27 + 5 + (x)* = 97 kilos.

Bon, allez, arrondissons à 100... Tsss!!! Vous et votre obsession d’arrondir (les angles?) (ma silhouette?)!!!

* (x) étant encore une inconnue, puisque ma grossesse n’est pas terminée. Ouais, bon, d’accord… Je suis actuellement à + 25 Kg… Si vous balancez, sans mauvais jeu de mots, je vous supprime…

 

 

- Le coeur de la Meule, ou la blondeur creuse:

Depuis le début de ma grossesse, j’ai une mémoire en forme d’Emmental AOC.

Avec des trous.

Pas au point de sursauter à chaque fois que je regarde mon ventre ("Oh purééée!!!! Je crois que je suis enceinte!!!"), mais quand même, j’ai vécu de grosses absences…

Avez-vous déjà vécu cette sensation de traverser de longs, longs tunnels tout noirs?

Oui, un peu comme une Expérience de Mort Imminente après un long coma, ou une traversée de la galaxie à la vitesse de la lumière, dans une fusée aspirée par le vide intersidéral, et qui atterrirait sur la Terre des siècles plus tard, façon "la planète des singes"...

… Ou encore un réveil après des années de sommeil forcé par Cryogénisation, comme dans "Demolition Man" (oui, je sais: j’ai de très hautes références cinématographiques. Mais j’adooore le passage des 3 coquillages…)…

Cela m’a valu quelques gros moments de honte.

Vous voulez savoir? Allez, au point où j’en suis…

 

1- Le mercredi, je travaille; c’est donc une nounou qui récupère mes enfants à l’école le midi.

Mais… ce jour-là, dans mon esprit, nous n’étions PAS mercredi; me voilà donc, à la sortie du bureau, en train de me diriger allègrement vers l’école afin de récupérer mes chérubines, tout heureuse de constater que pour une fois, je suis à l’heure pour la sortie de 16h30.

Arrivée devant le portail de l’école, je constate avec un peu d’inquiétude qu’AUCUN parent n’attend; commencent alors à s’échafauder, dans ce qui me sert de cervelle, tout un tas d’hypothèses un peu tordues:

 

a/ Le quartier été pris d’assaut par les cousins des frères Kouachi et les enfants ont été évacués;

b/ il y avait une sortie scolaire avec retour retardé et je ne m’en rappelle pas;

c/ ma montre retarde et mes enfants sont au commissariat avec plainte de la direction à la DDASS;

d/ ma montre avance, et là, c’est à moindre mal…

e/ J’ai atterri dans une sorte de dimension parallèle dans laquelle la ville a été vidée de ses habitants et je suis la dernière survivante de la planète.

 

Je sonne donc comme une hystérique au portail de l’école, et là, une dame en chaussons poilus (oui, c’est bien les chaussons qui sont poilus, pas la dame) (quoique…) et en chemise de nuit (à 16h30???) m’ouvre, l’œil hagard et le cheveux en pétard:

"Ouiiiiiii?????"

Moi: "Mais…. OU SONT TOUS LES ENFANTS????"

Elle: "Mais Madame… Nous sommes mercredi…"

Moi: "................." (ouais je sais, c’est profond comme réflexion. On frise le surmenage intellectuel, là.)

Toujours moi, réalisant soudain:

"OH. MON. DIEU. Mercredi… Je veux disparaître. TOUT DE SUITE!!!"

 

2- Un autre mercredi (oui, j’ai un mauvais karma avec le mercredi), pour une raison dont je ne me rappelle plus (je vous avais prévenus!!! De l’emmental…), je ne travaillais pas, cette fois.

Maaaaaiiiis ce jour-là, dans mon esprit, nous n’étions TOUJOURS PAS mercredi.

J’accompagne donc ma progéniture à l’école à 08h20...

… La matinée se passe… Je suis bien, en forme, je dessine un peu, je me prépare à manger… Tranquillement, sans stress… Mon téléphone sonne et lorsque je vois le mot "Maternelle" s’afficher, je pense simplement que l’une de mes filles est malade;

"Bonjouuuuur, c’est la Directrice de l’école!!!!"

Moi, naïve: "Bonjouuuuuur!!!!"

La Directrice: "Je vous appelle car personne n’est venu récupérer les filles…."

Moi: [Grand Blanc - Gros bug - Décomposition par combustion spontanée]

Moi: "OH NOOOOOOOON!!!!! Nous sommes mercrediiiiiii (voix perchée dans les aigus, proche des ultrasons)!!!!"

La Directrice: "Oui Madame… Mercredi…"

Il était midi quarante-cinq.

J’ai dû passer pour la mère la plus indigne de l‘histoire de la parentalité, alors que je pensais mes petites bien en sécurité, à la cantine, dans leur école.

J’avoue que ce fut l’un de mes plus grands moments de solitude de toute mon existence, que j’espère encore suffisamment longue pour pouvoir refouler ce souvenir au tréfonds de mon subconscient, comme je sais si bien le faire.

Bizarrement, mes pertes de mémoire n’affectent que rarement les moments désagréables.

C’est tellement injuste…

 

3- Un jour, l’une de mes jumelles a perdu sa première dent.

Elle s’attendait donc légitimement à ce que la petite souris passe dans la nuit.

Mais cette dernière a mis 72 heures à faire son boulot, la cossarde…

La première nuit, elle avait oublié (oui, la petite souris AUSSI souffre de pertes de mémoire) de faire de la monnaie à la boulangerie du coin.

Vers 21 heures, elle se mit donc à retourner frénétiquement tous les tiroirs de la maison, espérant y trouver quelque pièce; mais pour une fois, rien n’y traînait, même dans le fameux vide-poches de l’entrée, qui d’ordinaire concentre la plus grosse masse bordélique du domicile.

Elle opta donc pour le choix de laisser un mot sous l’oreiller de la jeune endormie, en lui disant que la banque était à court d’argent, et qu’elle repasserait le lendemain.

Le subterfuge fonctionna fort bien et la petite souris fut très soulagée de constater que la petite n’était nullement frustrée de cette attente plus longue que prévue.

Maiiiiis la nuit suivante, la petite souris, cette grosse feignasse, s’était endormie d’un sommeil profond, ronflant à qui mieux-mieux (oui, depuis qu‘elle est enceinte, elle aussi, la petite souris ronfle comme un diesel), un petit filet de bave au coin des lèvres, pour ne se réveiller qu’aux cris de déception de la jeune édentée, sur les coups de 09 heures du matin:

"MAAAAAMAAAAAN!!!! La petite souris n’est TOUJOURS pas passée!!!!!"

La petite sou.. Euh… Moi, réfléchissant à toute allure:

"Mais, euuuh… Avais-tu bien mis ta dent sous l’oreiller, au moins?" (rholala, ouais, je sais, c’est super-moche…)

Ma fille: "Ah?! Il fallait mettre la dent dessous? Mais pourquoi tu ne me l’as pas dit???"

Moi, le visage grave, secouant la tête: "Eeeeh oui ma chérie… La Petite Souris elle vit du troc; si tu ne lui donnes pas ta dent, elle ne peut pas échanger l’ivoire contre de l’or et donc, elle ne peut pas te donner d’argent (j’aurais dû faire Trader…). Mais rien n’est perdu, on va la mettre ce soir et la petite Souris passera comme convenu!!!"

J’aurais également pu lui raconter que la Petite Souris était décédée, prise dans un piège au moyen d’un bout du gruyère qui sert de cervelle à Maman, mais c’eût été cruel.

Et effectivement, la troisième nuit, cette garce de Petite Souris tint sa parole.

 

Je vous le concède, c’est très vilain d’abuser ainsi de l’innocence et de la crédulité de ses enfants pour dissimuler sa déchéance neuronale et mnémonique;

ce qui me console, c’est que si vous êtes vous-même une lectrice enceinte et atteinte du même mal que moi, vous oublierez très vite tout ce que vous venez de lire.

 

En vérité, il y eu bien d’autres incidents empreints de blonditude au cours de ces 8 derniers mois, mais si je vous racontais tout, je perdrais définitivement ma crédibilité, et peut-être avec, la garde de mes enfants… et mon travail, parce que mes collègues ne sont pas en panne d’anecdotes me concernant.

Parce que… Il y eut cette fois où…

Rhaaa, j’avais pourtant dit que je me taisais…

Bon, allez, c’est la dernière, hein!!!

 

4- Début 2015, mon chef nous demanda de bien vouloir archiver tous les dossiers des années précédentes.

Sauf les dossiers jaunes, et ceux datant de 2014 et 2015.

Allez savoir pourquoi, j’ai occulté ces deux derniers critères et je me suis lancée à corps perdu dans mon classement, avec une efficacité et une rapidité redoutables.

J’y ai mis la conviction du déménageur slovaque de mon post sur le déménagement, vous vous rappelez? Ce grand gaillard qui roulait les "R" et portait à bout de bras 1 table et ses 8 chaises…

"Moi faire ce que toi demander!!!!"

Genre, vous m’auriez demandé de me jeter sous le tram, je l’aurais sans doute fait, oubliant le détail que représente le fait que très éventuellement, ça peut faire mourir.

 

Ah ça, pour archiver, j’ai archivé! Comme une dingue.

Car, lorsqu’on me demande quelque chose, je ne le fais pas à moitié…

…et c’était d’ailleurs bien là tout le problème:

J’ai TOUT archivé.

SAUF les dossiers jaunes.

Comme convenu.

Enfin, dans mon esprit, c’était comme ça que c’était convenu.

 

Fière de moi: "Tadaaaam!!! Et foualaaaa, j’ai finiiiii!!!!"

Mes collègues m’ont regardée, incrédules, et ont fini par réaliser ma boulette… Juste à temps, avant le départ définitif des cartons pour les archives.

Il a fallu défaire ces derniers et procéder à un nouveau tri.

Ce jour-là, j’ai beaucoup ri, tout en m’insultant copieusement intérieurement.

C’était curieux, comme mélange de sentiments.

 

 

- Par le pouvoir du prismeuh lunaire, transforme-moi!!!

Ouais, alors... Amenez-moi sur-le-champ le mec qui a osé affirmer que "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme" siouplé!!!!

Parce que là… en matière de perte (autre que celle de ma mémoire et de ma matière grise, je veux dire), je ne suis pas en reste depuis le début de cette grossesse, à commencer par mes cheveux.

Je ne vous parlerai même pas de mon sommeil.

Et sans doute, prochainement, de la perte des eaux….

Alors sa théorie fumante, il peut se la garder!

Par contre bizarrement, en matière de kilos, ça fonctionne. AAAAAAH effectivement, ils ne se perdent pas, ceux-là. Et il est vrai que mes muscles se sont progressivement transformés en lard.

C’est curieux.

Peut-être bien que mes cheveux ont disparu pour se transformer, aux aussi, finalement.

En ce fin duvet bizarroïde que j’ai retrouvé sur mon ventre, la semaine dernière, à mon grand désarroi.

Ca doit être pour tenir chaud au bébé, ch'sais pas.

On dit que la nature est bien faite, mais pour le coup, franchement, je m’interroge…

 

 

- J'ai encore rêvé d'elleuuuh:

Lorsque je parviens à dormir (ce qui devient rare…), je fais des rêves chelous, pour ne pas dire d'horribles cauchemars.

Un jour par exemple, j’ai rêvé que j’accouchais en avance d’une gaufre (oui-oui, vous avez bien lu: une gaufre. La force de l’inconscient qui crie famine, sans doute…) dans une sorte de boui-boui ma-gni-faïque, recouvert d’une tapisserie digne des années 60, à l’intérieur duquel des chinois tenaient un commerce de boîtes en carton.

Il faudrait que je demande à un psy la signification de ce songe, mais à vrai dire, je n’ose pas.

J’ai un peu peur de finir à l’asile entourée de petits bonshommes blancs.

 

 

 - Les dents de la mère: 

Enceinte, j’ai mal aux ratiches et je saigne des gencives. Parfois, je m’amuse à faire peur aux filles en jouant à Vampirella après m’être brossée les dents, ça marche très bien.

 

 

- Oh-Oh-Oh vertiiige de l'amouuur:

Depuis quelques mois, je suis sujette à de gros, gros vertiges, qui me donnent la surprenante impression, l’espace d’un instant, de graviter au-dessus de mon canapé, au mépris de la pesanteur. C’est grisant et un peu effrayant, aussi.

Mais fort heureusement, je réalise toujours très vite que mon gros bidon et MA pesanteur à moi, enrichie des 25 kg dont je parlais plus haut, rend toute défiance de l’attractivité terrestre impossible…

 

 

- Pique et pique et colegram:

L’un des gros dommages collatéraux de la grossesse, c’est le nombre de fois que cela nous oblige à affronter une aiguille.

Je ne suis pas douillette, mais j’avoue que ça a un côté pénible, a fortiori quand comme dans mon cas, à la prise de sang mensuelle s’ajoutent les injections de Rophylac… qui vous privent d’un usage normal de votre postérieur pendant 3 jours, parce que l’infirmière préfère l’intramusculaire à l’intraveineuse. La fourbe-sadique...!

Par usage normal, j’entends juste pouvoir poser mon derrière sur une chaise, n’allez pas vous imaginer des trucs cochons, eh!

Mais qu’est-ce que le Rophylac, me demanderez-vous?

C’est un produit administré à la femme enceinte dans le cadre de la prévention de l'allo-immunisation foetomaternelle Rh(D) chez les femmes Rh(D) négatif.

Je sais, ça ne vous éclaire pas beaucoup…

En gros, c’est à cause de mon facteur Jésus (à prononcer à l’espagnole. Ca donne: Rhésus).

Mais noooon, mon enfant n’est pas le fruit du facteur… Qu’est-ce que vous avez l’esprit mal tourné, alors!!!

J’ai un rhésus rare et négatif (B-). Il n’y a que moi pour ne rien faire comme les autres, tsss....

Or, mon bébé possède un rhésus positif (ce qui là encore, a dû être vérifié au moyen d’une nouvelle prise de sang… Quelle chance!), induisant le fait que mon organisme puisse le considérer comme un corps étranger et l’expulser sans ménagement.

Pour faire simple, le Rophylac sert justement à éviter une telle complication.

 

 

- J’ai d’la veine:

Très pratique pour les prises de sang justement, entre veines hyperdilatées et vergetures rougeâtres, mon corps est recouvert d'une formidable toile d'araignée apparente, depuis le début de ma grossesse… Ce n'est pas encore du Body Art, mais on s'en approche.

Bon, après tout, Michael Scofield s'est fait bien tatouer les plans de sa prison, lui... Si mon buste ressemble au labyrinthe de Dédale ou à la carte du chapitre 6 du programme de géographie de 3ème, aucune honte à cela:

"la mobilité, les flux et réseaux de communication territoriaux en France" (vous avez deux heures).

Réseau veineux

 


Voilà, je suis certaine qu’à la lecture de tout cela, plus d’une d’entre vous, primipare ou multipare, se reconnaîtra (en fait, je l’espère de tout mon cœur, car autrement, je risque d’éprouver un très grand sentiment de solitude, après m’être bien auto-humiliée publiquement!!!)…

Allez, plus qu’un mois à tirer, et je retrouverai enfin de ma splendeur!!!

(ça, c’est sans compter sur les nuits sans sommeil, l’allaitement et les cacas débordants… malgré tout, c’est beau, la maternité!)

 

 

 

02 avril 2015

Avis d'expulsion pour le 30/04/2015*

* Que mon vrai locataire se rassure. C'est bon, tu peux rester, ch'taime bien.

Je me disais bien aussi, que ce n'était pas normal, ce ventre.

Parce que la bonne chère, en toute logique, fait grossir un peu de partout;

les aliments coordonnent leur destination selon une logique imparable, connue de toutes les femmes:
Le Nutella dans les fesses, la pâte de Spéculoos dans les cuisses, le coca dans le bide, bref, ça se répartit de façon uniforme, pour éviter toute jalousie entre zones corporelles.

Mais là, cuisses toutes maigres et ventre rebondi et re-buste tout maigre... de l'aérophagie? Un abus de Champomy?

"Mais que nenni!!!" déclara cette brave Doc Gynéco, au détour d’une consultation aux urgences.

"C'est un haricot!!!"


Un haricot...???


Réfléchissement: haricot = flatulences = gros bidou.

"7 semaines!"


'tain, la gueule du haricot au bout de 7 semaines de digestion... Il a été récolté par le Géant Vert ou quoi?

Que met-il dans son champ, des OGM? Du Fertiligène, cet engrais qui fait pousser les nains?

                  Et... OH-MON-DIEU

                                 (bien qu'il n'y soit pour rien là-dedans).

                                       Prise de conscience soudaine:


                                             I'M PREGNANT.

(Oui, je le dis en anglais, ça met un peu de distance entre mon cerveau et la réalité. Merci Bertolt Brecht, la prochaine fois, j'utiliserai un panneau) (Gnéééééé!!!! Mais de quelle prochaine fois parlé-je?!).

Mais comment Jack-le-haricot-magique a-t-il fait pour franchir tous les obstacles qui se présentaient à lui?!
Certes, depuis la libre circulation des biens, des marchandises, des capitaux et des personnes, les frontières sont devenues immatérielles, un peu comme celles de Tchernobyl... mais là, nous avons, au choix:

- de la graine de champion... Auquel cas je peux, dès maintenant, l'inscrire aux épreuves de décathlon pour les prochains JO,

- un spécialiste de l'immigration clandestine, doublé d'un squatteur de locaux vacants. M'en fous, s'il ne paie pas le loyer, dès la fin de la trève hivernale, je l'expulse!

Passée la stupeur, mon regard s'attarda sur les contours de la micro-puce, et s'attendrit franchement à la première écoute des battements de son cœur. Comme une musique... Alors bon, le haricot était mal arrimé. Et menaçait de débarquer à tout instant.

Mais en bonne ex-marinette (10 mois de services effectifs et à terre), j’avais un super cordon ombilical en guise de bout (pour les non-initiés au langage de la Marine, prononcez: "boute"), et je comptais bien retenir fermement mon mini-crabe et le faire naviguer jusqu'à Terre en bon unifor... en bonne et due forme. En forme tout court, remarquez, ça me suffisait...

J'en profite pour m'excuser officiellement auprès de mon chef, étant donnée ma récente prise de poste lors de cette découverte.

Chef, si tu me lis...

Je veux bien une augmentation (nan, j'déconne).

 

Affaire conclue, c'est parti pour 9 mois de co-location (ou d'écho-location, devrais-je dire...)

Puis tout s'est bousculé dans mon esprit, une réaction en chaîne s'est imposée à moi:

1/ Voiture 7 places = 4 enfants+2adultes+1 bébé = cool.

2/ Duplex = 5 chambres = cool.

3/ Réaction du mawi tout émotionné:

"Oh yeah! Bientôt l'équipe de foot!" = cool, avec une nuance: OK pour l'équipe de baby-foot exclusivement. Parce qu'après, ça prend trop de place...

4/ Réaction des enfants:

L'aîné: "J'espère que ce sera un garçon!"
La cadette: "J'espère que ce sera une fille!"
Les jumelles: "Il est où ton bébééééé?"

5/ Réaction de l'entourage:

(1 garçon en 2003= Super!) + (1 fille en 2006 = Super!) + (2 jumelles en 2009 = "Mais comment tu vas faire?") + (1 haricot magique) = inconnue XX ou XY à résoudre.

6/ Réaction des mauvaises langues jalouses, en vrac:

- "Eh voilà, encore un gosse à la charge de l'Etat" (petit rafraichissement: mon gosse va payer vos retraites. Et la mienne, par la même occasion).

- "Elle ne connaît pas les contraceptifs?"


Bah, chez certaines, les hormones provoquent une émotivité accrue; chez d'autres, de méchantes-migraines-même-pas-diplomatiques et moi, je risque tout bonnement de perdre mes doigts et mes orteils.

Avouez, c'est moche. Un petit lien pour mieux comprendre:

http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=maladie_raynaud_pm


Vous voyez, en gros, la maladie de Raynaud regroupe toutes les affections risquées par un alpiniste au sommet du mont Everest en pleine tempête.

Je sais qu'on reconnaît un alpiniste émérite au nombre d'extrémités qu'il a perdues au cours de sa carrière, mais sans neige et sans montagne, ça fait tout de suite moins glorieux.


Imaginez un peu:

"Et toi, tu les as perdu comment, tes orteils?"
"Oh, moi? A Marseille, dans le Sud de la France..."


Elégant...
Le seul appendice que j'ai accepté de perdre au cours de ma vie, c'est l'iléo-cæcal. Avec péritonite, pour une touche d'héroïsme.

 

- "Chais pas, la ligature des trompes, alors (asséné par mon Oncle, merci, Tonton)!!!"

Euuuuh... Comment?

Comme ça???

Un peu barbare, non...?

Mwouais, un peu Babar... Euh, barbare...

Ou comme ça, alors?

knot-312006_640




- "Encore une femme d'officier!"


Ca, c'est méchant pour les femmes d'off'. Allons, nul besoin d'être officier pour avoir une maxi-famille.

Un peu de sérieux: dans la Marine, seuls 6% des ressortissants sont à la tête d'une famille nombreuse. Une minorité, en somme.

- "Encore des chrétiens!"


D'accord, mais si vous m'apportez la vidéo de l'ascension de Jésus-Joshua-Jéhovah vers les cieux, et en qualité HD, s'il-vous-plaît!
Avec sa carte génétique, on n'est jamais trop prudent.

Vous l'aurez compris, nous sommes agnostiques... ("Agneaux-quoi"?)


Dieu merci (oups, gros mot... On va me soupçonner d'intégrisme religieux, ensuite...) nous ne sommes pas bretons... Sinon, ça faisait cumul de tares, si j'en crois certains clichés.

Dire que nous ne sommes même pas divorcés... Pas étonnant que l'on soit suspectés du syndrome Ingalls!

Ce qui signifie qu'il est désormais proscrit que l'on s'approche à moins de 500 mètres de tout édifice religieux.

Nous risquerions aussitôt l'étiquetage intempestif. Inutile donc, dans les années qui viennent, de nous inviter à un mariage, un enterrement, ou un baptême.

Débrouillez-vous pour ne pas mourir, ou faire les choses civilement.

Si vraiment vous persistiez, nous viendrions déguisés en famille-matriochka. Ou en poussin Piou, à voir. C'est vous qui voyez. Ou alors, on jour le jeu à fond, et on arrive habillés en mormons. Juste pour voir la tête des gens et rire un bon coup de leurs mines offusquées.


- "C'est comme ça, chez les noirs..."


Eh ouais. La Réunion se prépare à envahir la métropole, préparez-vous, ça va être un carnage, un véritable cyclone. Appelez nous Dean... James Dean. La race blanche sera terrassée: corses, bretons, basques, parisiens, pacatistes, aucun régionaliste ne sera épargné.

MWOUAHAHAHAHA (rire cruel, sardonique et caverneux).

Mais je vous rassure: le mawi, en dépit du surnom exotique dont je l'ai affublé, ne s'habille pas en boubou, parle le français en LV1 et doit sa réussite à sa seule force de travail, et non à des incantations chamaniques, qui dévieraient l'argent du contribuable directement sur notre compte bancaire.

- "C'est pas contagieux j'espère?"


Noooon... Par contre, méfiance, car la connerie, affection incurable, se répand de façon endémique. En plus, ça fait mourir.

NB: Alors, euh... Y a quand même un siège, au bureau… Le mien, en l’occurrence… Il semblerait qu’à chaque nouveau postérieur se posant dessus, la malédiction tombe… Nous l’appellerons donc «Siège n°13».

Mon remplaçant a eu un peu de mal à s'y faire:

 

Amadou - fauteuil de la fertilité




Question organisation, à ce sujet je n'ai aucune angoisse: après avoir vécu une naissance gémellaire, rien ne peut sembler insurmontable. Je ne suis pas de nature à laisser s'installer l'indolence, et en tant que mère de famille nombreuse, je sais pertinemment que suis aussi plus facilement ciblée par la diatribe. Inutile donc de livrer quelque prétexte à la médisance, c'est pourquoi je bannis volontairement le mot "procrastination" de mon langage, quitte à ce que cela passe pour de la rigidité.

Ou de la maniaquerie, mais dans ce domaine, je n’ai plus rien à prouver.

Zut, y a pas d’humour dans ce dernier paragraphe!!!

Au fait…

Elle va s’appeler Albane.

 

 

Dessins soumis à droits d'auteur. Ne pas reproduire, ne pas utiliser sans autorisation.

Posté par La Mawie à 11:11 - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

09 janvier 2015

Comment échapper à un terroriste:

 

Voilà, vous le pressentiez depuis des jours, et l'Affro-Jojo responsable de la décapitation de Feu-Charlie est là, devant votre porte, demandant asile politique dans votre chaleureux intérieur, alors que vous venez juste de finir votre serpillière et qu'il a de gros écrase-merde aux pieds.

 

Le con.

 

D'abord, vous ne le reconnaissez pas tout de suite.

 

1) Parce qu'il a sonné poliment, d'abord, pour mieux vous tromper.

 

Oui, car s'il avait enfoncé la porte d'un coup d'épaule, vous vous seriez immédiatement douté de quelque chose. C'aurait été suspect.

 

Pris de court, vous n'auriez alors eu aucune parade, mais au moins, vous auriez flairé l'embrouille dès le départ.

Ce qui vous aurait au moins permis de vous saisir du couteau situé dans votre cuisine, au 1er étage, au fond du couloir à droite, dans... Putain, dans quel tiroir, déjà?

 

NB: Penser à investir dans une cuisine Ikéa avec organiseur de tiroir intégré.

 

2) Ensuite, parce qu'il est cagoulé.

 

Vous vous êtes approché de votre oeil-de-boeuf et au travers de ce dernier, vous avez vu un noir.

 

OH.PU.NAISE!!!

Batman!!!!

 

Ah non pardon, un bonnet noir.

Une cagoule, plus exactement.

 

Bon alors, afin d'identifier notre interlocuteur, passons en revue vite fait les cagoulés célèbres:

 

- Spiderman:

Nan, ce plagiaire du Commandant Cousteau est trop rouge.

Et puis lui, crâneur et farceur comme il est, il aurait sonné pendu à un fil depuis le plafond, planqué dans un angle, de façon à se rendre invisible.

Un peu comme ça: 

exo

 ou comme ça: 

spider

 

Bref, comme une araignée, quoi.

 

Tout ça pour ensuite vous flanquer la plus belle frousse de votre vie en vous tapotant l'épaule, pendant que vous cherchez désespérément à savoir qui a bien pu sonner, et en commençant à paniquer au souvenir d'un autre cagoulé célèbre, qui aimait beaucoup jouer à cache-cache:

scream

 

Non, pas crédible.

 

Candidat potentiel suivant:

 

-Laure Manaudou:

Si-si!!! Elle a un super bonnet aérodynamique gris de marque Spidouille en vraie peau de requin en titanolatex.

Bah si, ça existe, j'ai vu les mêmes chez Triathlon. 

Quoi, comment ça, retirée de la compétition????

Laure Manaudou, vous êtes sûr???

Parce que je l'ai vu pas plus tard qu'hier, un flacon de Cadum à la main...?!  Elle s'est noyée dans la douche ou quoi????

 

Bon...

Ah!!! J'en tiens un autre!!!

 

- Godefroy de Bouillon, bien sûr.

Mais si, vous savez bien!!!

Il a joué dans un film de Jean-Marie Poiré, là... Rhaaa j'ai perdu le nom... Je l'ai sur le bout de la poulaine...

Mais de mémoire, il me semble qu'il a été renvoyé dans les couloirs du temps par le mage Eusæbius, en 1993.

 

- le grand Maître Ninja-Bansenshukai-de-la-Shuriken-School-PasséchéSosh.

Mais lui, on va l'oublier, en raison de son imprononçable nom.

 

Je ne parlerai même pas de Fatal Bazooka, qui porte une cagoule en raison des conditions climatiques extrêmes congélatoires qui règnent dans son pays (le pôle nord de la France, situé au-dessus de Lyon). Du coup, il est hors-compèt'.

 

Non, il faut vous y résoudre, vous avez en face de vous un vrai Extrémistislamistalkaïdien.

Une espèce que l'on pensait disparue depuis le passage de Georges Bush dans le désert irakien, là où il a lessivé le mec qui portait le même nom que les machines à laver.

 

Allez, du nerf, quoi!!! Ce n'est pas le moment de paniquer...

... En fait si, c'est le moment.

 

Mais après avoir lu 4 tomes sur le survivalisme ("Survivre seule avec deux caddies pleins et une poussette au supermarché", "Survivre à une attaque plantaire de Légo", "Survivre à une convocation par la directrice de l'école de votre enfant", Survivre au boulot en cas de panne de la machine à café"), je peux au moins vous annoncer que plusieurs solutions s'offrent à vous (pas toutes bonnes):

 

a- Vous lui ouvrez la porte et vous faites semblant de ne pas le reconnaître.

Répliques possibles pour créer un effet de surprise déstabilisant:

 

"Oh nooooon, pas encore les éboueurs, j'ai déjà votre calendrier!!!!"

"Oh nooooon, pas encore les pompiers, j'ai déjà votre calendrier!!!!" (variante)

"Oh nooooon, pas encore les témoins de Jéhovah, j'ai déjà une carte de membre!!!!"

 

b- Vous lui ouvrez la porte et faites semblant de le reconnaître, espérant l'amadouer: 

"Oh purééééée!!!! René!!!! Ca fait combien d'années?! J'te croyais décédé mon salaud!

Allez viens, allons boire une gnôle ensemble en souvenir du bon vieux temps!"

(= tentative de lutte par l'ivresse) (ah oui, assurez vous tout de même d'avoir un descente meilleure que lui, sur ce coup-là).

 

c- Vous ne lui ouvrez pas la porte et faites le mort.

Enfin, le déjà-mort.

Parce que si vous lui ouvrez, soyez sûr qu'ensuite, vous serez vraiment mort.

Preuve de votre bonne foi, vous pouvez lui glisser sous la porte un papier sur lequel vous aurez inscrit, en lettres de sang à base de concentré de tomates (placard de droite de votre cuisine Ikéa, 2ème étagère):

 

"OMAR M'A TUER".

 

Vous allez voir, c'est radical;

grâce à cette technique, tout le monde est convaincu qu'un certain jardinier sanguinaire a tué son employeuse de façon sordide.

Alors, si vous gus ne vous croit pas après ça, c'est que c'est vraiment un amateur.

En principe, il ne devrait pas insister et passera à la porte suivante. De toute façon, vous vous en foutez, votre voisin, c'est un emmerdeur.

 

NB: N'oubliez pas la faute de français à la fin de votre fausse déclaration de décès, sinon, ça ne fait pas bien mourant.

 

d- Autrement, vous pouvez aussi tenter de faire sonner votre téléphone fixe dans le vide au moyen de votre portable.

Ainsi, vous aurez vraiment l'air d'être absent.

Faites gaffe de ne pas vous prendre à votre propre piège en répondant, hein. Un réflexe à la con est si vite arrivé (nan mais allô, quoi?).

 

e- Si vous avez des gosses et que vous n'êtes pas décédé d'épuisement avant leur majorité, alors, vous avez un avantage;

en effet, avoir des gosses renforce les nerfs et vous rend plus résistant face aux épreuves (on dirait une pub pour lotion capillaire, non?).

 

Avoir un gosse, c'est presque un entraînement digne des plus grands G.I.

Je sais de quoi je parle, j'en aurai bientôt 5.

De gosses, pas de G.I.

 

N'oubliez pas qu'à Guantanamo, on torturait les candidats prisonniers par diffusion prolongée de Hard-Rock, pour les empêcher de dormir.

 

Eh bien, un gosse, c'est un savant mélange de ritournelles entêtantes chantonnées à longueur de journée et de pleurs nocturnes dont les décibels résonnent encore dans votre cerveau embrumé au réveil.

Enfin, ce qu'il vous reste de cerveau.

Et ce qui n'est en fait qu'un semi-réveil puisque qu'avec des enfants, surtout en bas-âge, on apprend à ne dormir que d'un hémisphère de cerveau (celui qu'il vous reste, donc), à la façon des dauphins.

Eh bien, si vous avez un gosse, je puis vous affirmer que c'est une arme de dissuasion inégalable.

 

Vous pouvez l'utiliser comme bouclier humain en l'envoyant au front (derrière la porte, donc) chanter "Let it gooooooo!!!!" à tue-tête.

Effet dévastateur garanti.

 

Ou alors, vous pouvez crier:

 

"Je vous préviens!!! J'ai des gosses, ils n'ont pas encore bouffé, leur couche n'est pas changée; si je les lâche, je ne réponds plus de rien! En plus, ils sont hyper excités car le temps est à la neige (évitez cet argument dans le sud de la France. En Corse, quoi)!!! Et qu'ils pensent que c'est le Père Noël qui doit passer! Si je vous ouvre et qu'ils découvrent que c'est vous, ils seront tellement déçus que vous aller vous faire lapider à coups de Barbies Skinhead!!!! VU????"

 

Si avec ça votre agresseur ne se replie pas, c'est qu'il est vraiment inconscient.

 

Attendez un instant, je vous prie...

 

Ah, on me signale dans l'oreillette qu'un terroriste digne de ce nom est, par définition, inconscient.

 

Bien, dans ce cas, je n'ai plus qu'un ultime conseil à vous donner; 

attention, je vais vous parler d'une arme létale extrêmement puissante, mais à utiliser sans modération aucune...

 

SORTEZ VOTRE CRAYON-LASER.

Et gommez-moi ce clown.

 

 

Posté par La Mawie à 18:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

08 janvier 2015

#jesuischarlie

10896939_1602097950022150_5793779809698060824_n

 

#APTC #tangocharlie #jesuischarlie

Posté par La Mawie à 16:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

25 avril 2014

Coupé-décalé...

 

Je vous avais promis de vous parler de nos amis "made in Martinique".

Enfin, je devrais plutôt dire "d'importation", et chacun sait qu'ici, tout ce qui est importé vaut plus cher...

Donc, des amis chers à mon coeur.

Parce que bon, je ne suis pas qu'une brute épaisse, non plus, hein.

 

Tout d’abord, il y a Harmony, mon amie d’Afrique du Nord, qui porte très, très mal son nom. 

Pas qu’elle ait un physique disgracieux, bien au contraire. Elle est fort jolie. 

Mais c’est qu’Harmony est tout le contraire du calme, du flegme, de la tranquillité, de la sérénité; 

non, Harmony, c’est une boule de peps et d’énergie, le tout concentré dans une petite chose nerveuse d’un mètre soixante-cinq, mais pourtant ô! combien expansive...

Au passage, je reste intimement persuadée que sous son T-shirt, elle planque un réacteur au palladium façon Tony Stark, et que son cœur est un accumulateur nucléaire dans lequel fusionnent toutes sortes de sentiments, qui s’entrechoquent et se fondent pour donner ce qu‘il y a de plus merveilleux chez elle:

son effrayante joie de vivre

(et son tempérament volcanico-électrisé). 

Déjà maman 2 fois, elle a donné naissance, cette année encore, à une attendrissante petite boule fragile, qui est vachement plus reposante, il faut bien l'avouer, que sa procréatrice.

Un bébé, quoi. 

Alors je sais, il y a quelque chose d’illogique là-dedans: 

DEPUIS QUAND est-ce reposant, un bébé, hein???!

A part quand ça dort, je veux dire (c’est-à-dire trop rarement)?

 

Eh ben c’est bien là tout le paradoxe d’Harmony. 

Une fois que vous avez fait sa connaissance, vous trouvez que même la nurserie d’une maternité un soir de pleine lune et en période de baby-boom est moins bruyante qu’elle. 

C’est pour ça que je l’aime bien.

Lorsque vous rentrez d’une rencontre avec elle (si toutefois vous y survivez; si vous réussissez, vous gagnez DIRECT un ticket pour le Paradis pour vos 10 prochaines vies réincarnées), vous  trouvez vos bambins étonnamment plus placides qu’à l'accoutumée. Limite ataraxiques

Alors qu’en fait, ils sont juste comme d’habitude, ils se disputent toujours la télécommande, se font des prises de judo en oubliant toutes les règles de fair-play et vous crient dans les oreilles "QUAND EST-CE QU’ON MAAAAAAANGE????!", mais ils font toujours moins de bruit qu’une Harmony.

 

Cette fille est totalement azimutée. 

J’l’adore.

Enfin, après 5 cafés, 1 Guronsan et 3 mois de cure de vitamine C, je suis en état de l'adorer.

 

Ensuite, il y a ma fleur de la Réunion, Jocelyne. 

Alors avec Jocelyne, on s’est rencontrées lors de notre première rentrée en maternelle. 

Enfin, celle de nos enfants, mais ce sont bien les parents qui stressent le plus, en ce jour béni qui met fin à 3 années de servitude nous arrache nos enfants. 

PS: Je parie que Charlemagne était père de famille nombreuse, et que, ne sachant plus que faire de sa pétulante marmaille, c'est là qu'il a eu l’idée de créer l’ECOLE (Etablissement de Concentration pour l’Obéissance et la Lobotomie Encéphalique). 

Tous les parents s’inquiètent pour leur liberté (je parle de celle des enfants, bien sûr, et aussi un peu de la nôtre, il faut bien l’avouer): 

 " Vont-ils les garder??? Pourvu qu’ils ne nous les rendent pas tout de suite!!!! "  

C’est un peu comme si Tanguy s’apprêtait à quitter le domicile parental; c'est un peu notre "Independance Day" à nous!

Je suis bien certaine qu'en bons parents consciencieux et pas du tout indignes que vous êtes, vous voyez tout-à-fait de quoi je parle.  

Alors nous étions là, toutes deux intimidées et agrippées aux grilles de l’école, tentant de vérifier que les maîtresses n’aient pas des têtes d’ogresse dévoreuse de chair tendre, quand son accent chantant m’interpella: cet accent-là, je ne le connaissais que trop bien, c’était le même que celui de mon mari!!! 

 Oui, alors je sais ce que vous pensez:

"La fille, elle vient vivre en Martinique, et elle trouve le moyen de sympathiser avec une maghrébine et une réunionnaise.

Haaaaan la raciiiiiiste!!!!". 

Oui, ben je n’aime pas faire comme tout le monde, ce doit être mon esprit de contradiction légendaire. 

 

Jojo est la maman comblée de deux trolls: 

une grande fille qui est au collège et dont je suis le CALVAIRE du vendredi soir (je lui donne des cours de soutien), et un petit gnome fiancé à mes jumelles. 

Oui, oui;

LES DEUX, car il l’a dit lui-même, très pragmatique: 

"Une pour le matin, une pour le soir".

 

Plus tard, à l’instar de sa maman, ce gamin-là bossera en pharmacie, c’est sûr : 

 

" Pour la drogue, euuuuuh.... la drague, la posologie recommandée pour tous les tombeurs est la suivante: 

deux fois par jour, matin, et soir, et à distance des repas parce que le resto, ça coûte cher, hé, ho.

Et en plus, ils ne prennent pas la carte Vitale.

Pour tout le reste, en revanche, il y a Mastercard.

Ah, pour la durée du traitement, c’est variable, hein, c'est selon la morphologie du... enfin, de la patiente.

... Mince, où sont mes petites pilules bleues, déjà?… ".

 

Ma Jojo, elle est mariée à un mec... J’vous raconte pas. 

Un fou, je vous assure (J-C, pourquoi je devine que tu te fissures de partout à la lecture de ces lignes?).

 

Le bonhomme, c’est un gendarme (et il n’est pas dit qu’après la parution de ce post, il le reste bien longtemps), il picole comme pas permis. 

On se demande s’il a déjà bu de l’eau, depuis qu’il est né. 

(Ah si, de l’eau de vie, ça compte?)

 

D’ailleurs, je ne veux pas balancer, mais sur toutes nos photos de séjour, on le voit dans des distilleries ("Rhum? J’adore cette ville!!!!").

On sent bien que c’est un peu obsessionnel, chez lui. 

D’ailleurs, il suffit de parcourir ses albums-photos pour comprendre:

 

 153

143 151   160  DSC04357

 Terribles photos extraites des archives persos de J-C.

 

Naaaaan, bon, je plaisante…

Je forcis volontairement les traits du bonhomme, pour que ses collègues gendarmes ne puissent pas le reconnaître.

 

En vrai, J-C, c’est un vrai débonnaire, un bon vivant synonyme sympathique pour "alcoolique" avec qui on a plein de sujets de conversation rigolos: 

mon mawi lui parle de Game of  Thrones, je lui parle de Walking Dead, et là où on a la preuve que c’est un véritable ami, c’est qu’il ne nous a jamais spoilés, alors qu’il a au moins une saison d’avance sur nous.

Pourtant, ce serait tentant, mais tel un surhum, il résiste à la tentation. 

Si ça ce n’est pas de l’amitié, je veux bien me faire des dreadlocks. 

Et en plus, régulièrement, il nous donne de la salade de son jardin. Enfin il dit que c’est de la salade, mais je ne l’ai jamais fumée pour vérifier. 

Parce que je me méfie quand même un peu des gens qui viennent de pays dans lesquels on édite ce genre de T-shirts:

 

rewind-zamal-1 rewind-zamal-2 

Source:

L’exxxxxxcellent site réunionnais http://www.pardon.net/

 

Il a un petit jardin secret dans lequel il cultive avec amour (c’est son côté rhum-antique) des légumes (une denrée rare en Martinique), des piments (ça, c’est déjà plus courant), du rhumarin et d’autres arhumates… 

Bon, ça suffit, vos insinuations, maintenant;

pourquoi dites-vous que je fais passer des messages subliminaux????

 

Bref, ensemble, comme dirait Jean Mabire, on ne changera pas le monde, mais le monde ne nous changera pas (je ne sais pas si c’est vraiment une bonne chose. Je réfléchis encore à la question).

 

Rhaaaa, misère, quand je pense que dans moins de 3 mois, pas moins de 7012 kilomètres vont séparer nos deux familles…

Satanées affectations en décalage…. annuel et horaire...

 Mais sans la Martinique, nous ne nous serions jamais connus. 

Et ça, ça vaut toutes les cartes vitales de France et de Navarre, pas vrai, ma Jojo?

Santé, les amis.

 

NDLR:

Fumer tue et l'abus d'alcool nuit gravement à la santé.

Si après ce post vous n'êtes pas convaincus des méfaits des substances psychotropes,

alors je ne peux plus rien pour vous ...

(mais vous pouvez toujours venir vivre sur l'île).

Posté par La Mawie à 01:25 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,