... et conséquences.

 

Aujourd’hui,

puisque mon état physique de diplodocus ankylosé le justifie pleinement (j'ai l'impression de m'être fossilisée sur un gros rocher) et puisque c’est ma dernière grossesse (mais ne me regardez pas comme ça… puisque je vous le dis!!!!), je vais me faire plaisir et exorciser avec vous ce qu’on appelle très poliment "les petits désagréments de la grossesse".

Moi, je les appellerais volontiers "chiantitudes gravidantesques", et j'insiste sur le "dantesque", mais bon….

Oh, alors... Je dois au préalable procéder à un avertissement, car ce texte comprendra du contenu de catégorie VI (œuvre  réservée à un public averti, comportant des scènes susceptibles de choquer les individus dont le numéro de sécurité sociale commence par "1", et de leur infliger un traumatisme pouvant nuire à leur épanouissement physique, mental ou moral):

Donc, si vous avec du poil aux pattes, la délicatesse d’un Mammouth, une grosse voix caverneuse et que vous aimez le foot, c’est que vous avez un excès d’androgènes et qu’un RDV chez un endocrino serait le bienvenu, mais que paradoxalement, vous vous mettez à couiner à la vue d’une aiguille de péridurale ou à faire un malaise à la vue du sang..

...bref, si vous êtes un hominidé de sexe masculin

vous pouvez exceptionnellement passer votre chemin.

 

conchita

                               Toi, c’est bon, tu peux rester.

 

Car aujourd’hui, nous parlerons d’un autre type de ballon(nement), source de vie (ouais, comme dans la pub Vulv… euh, Volvic), de joie bien sûr mais aussi de stress… et tout le monde connaît mon naturel calme et optimiste (vous pouvez remplacer "calme" par l'un des mots de la liste suivante: angoissé, anxieux, sensé, oppressé, bileux, craintif, soucieux).

Voici donc une petite liste (non exhaustive) qui rappellera sans doute bien des souvenirs à certaines d’entre vous:

 

- Au-jour-d'hui, on n'a plus le droit...

d'avoir faim. Et moi, enceinte, j’ai faim.

Mais TRES FAIM. Et tout le temps.

D’ordinaire, je suis gourmande, mais là, c’est simple, ma frénésie alimentaire est un mix grossier entre l’appétit de Shrek et la délicatesse du palais de Jean-Pierre Coffe (qui fait de la pub pour Laideur Price, je vous le rappelle; éloquent); c’est bien simple, mes papilles apprécient tout ce qui est comestible.

Je n’ai pas dit BON, j’ai dit: COMESTIBLE.

Jean-shrek Coffe

                                          Jean-Shrek Coffe

 

- Conséquence logique Number One:

J’ai eu des remontées acides terribles… Vous savez, cette délicieuse sensation d’avoir un garde-manger perpétuel dans l’arrière-gorge;

utile en cas de disette, mais l’impression d’avoir une pelote de régurgitation coincée dans l’œsophage n’en est pas moins terriblement douloureuse.

Ah, je vous avais prévenus, hein... Classe, distinction…. Tout ça...

 

- Conséquence logique Number Two:

J’ai fini par prendre euh… comment dire… de la masse volumique...?

Certes, il est logique de voir apparaître une certaine excroissance au niveau de l’abdomen; vous savez, celle qui vous fait perdre TOUTES les parties de cache-cache avec vos enfants:

cache-cache

 

Alors bon, au début, quand on a mis quelques années à retrouver un ventre au plat tout relatif après sa dernière grossesse (gémellaire, qui plus est), on a un peu de mal à accepter cette petite bouée naissante; vous savez, juste entre le 1er et le 4ème mois, lorsque les gens hésitent encore entre vous féliciter ou vous dire:

"Dis… et si tu venais faire un peu de sport avec moi??? Ca te ferait du bien, je t’assure..."

Non mais rassurez-vous, ce complexe est vieux comme le monde:

déjà, les auteurs crétins, euh… chrétiens des IIIème et IVème siècles refusaient d’admettre que notre Terre Nourricière soit ronde;

un peu comme vous, quand vous voyez Kate Moss dans les magazines et que vous vous hasardez à poser un œil sur votre abdomen replet juste après.

Que faites-vous?

Vous refoulez, vous niez, bien sûr!

NON, votre ventre est PLAT, jusqu'à preuve du contraire!

Mais, soyons réaliste... Porter la Vie suppose quelques sacrifices; imaginez un peu notre bonne vieille Terre, citée plus haut, anorexo-photoshopée:

Terre régime

  Oh merde... Bien sûr, comme par hasard, c'est ENCORE l'Afrique qui morfle...

 

Certes, je vous le confesse… au début de ma toute récente grossesse, j’avais moi aussi le même réflexe idiot:

"Mais siiiiiii, je rentre encore dans mon 36!!! Si je vais aux toilettes avant, que j’arrête de respirer et que je rentre les fesses, j’y arrive, vous voyez bien!!!"…

Aaaah la force d'auto-persuasion de la pregnante...

Mais atteint un certain stade, nier devient impossible; et d’ailleurs, vous commencez à apprécier vos formes, finalement attendrissantes, et réaliser que ce petit bedon nourrit quelque chose de bien plus préccccccieux que votre ego…

Alors vous vous résignez et finissez par accepter le fait que OUI, quand vous vous faites couler au bain aux ¾ de la baignoire, l’eau finisse par déborder lorsque vous y rentrez, façon "Orca prend des cours de natation à Vaison-la-Romaine";

OUI, sur vos 4 grossesses et 1/3 cumulées, vous avez pris en tout…

euh, attendez, que je calcule…

Alors: (20x2) + 27 + 5 + (x)* = 97 kilos.

Bon, allez, arrondissons à 100... Tsss!!! Vous et votre obsession d’arrondir (les angles?) (ma silhouette?)!!!

* (x) étant encore une inconnue, puisque ma grossesse n’est pas terminée. Ouais, bon, d’accord… Je suis actuellement à + 25 Kg… Si vous balancez, sans mauvais jeu de mots, je vous supprime…

 

 

- Le coeur de la Meule, ou la blondeur creuse:

Depuis le début de ma grossesse, j’ai une mémoire en forme d’Emmental AOC.

Avec des trous.

Pas au point de sursauter à chaque fois que je regarde mon ventre ("Oh purééée!!!! Je crois que je suis enceinte!!!"), mais quand même, j’ai vécu de grosses absences…

Avez-vous déjà vécu cette sensation de traverser de longs, longs tunnels tout noirs?

Oui, un peu comme une Expérience de Mort Imminente après un long coma, ou une traversée de la galaxie à la vitesse de la lumière, dans une fusée aspirée par le vide intersidéral, et qui atterrirait sur la Terre des siècles plus tard, façon "la planète des singes"...

… Ou encore un réveil après des années de sommeil forcé par Cryogénisation, comme dans "Demolition Man" (oui, je sais: j’ai de très hautes références cinématographiques. Mais j’adooore le passage des 3 coquillages…)…

Cela m’a valu quelques gros moments de honte.

Vous voulez savoir? Allez, au point où j’en suis…

 

1- Le mercredi, je travaille; c’est donc une nounou qui récupère mes enfants à l’école le midi.

Mais… ce jour-là, dans mon esprit, nous n’étions PAS mercredi; me voilà donc, à la sortie du bureau, en train de me diriger allègrement vers l’école afin de récupérer mes chérubines, tout heureuse de constater que pour une fois, je suis à l’heure pour la sortie de 16h30.

Arrivée devant le portail de l’école, je constate avec un peu d’inquiétude qu’AUCUN parent n’attend; commencent alors à s’échafauder, dans ce qui me sert de cervelle, tout un tas d’hypothèses un peu tordues:

 

a/ Le quartier été pris d’assaut par les cousins des frères Kouachi et les enfants ont été évacués;

b/ il y avait une sortie scolaire avec retour retardé et je ne m’en rappelle pas;

c/ ma montre retarde et mes enfants sont au commissariat avec plainte de la direction à la DDASS;

d/ ma montre avance, et là, c’est à moindre mal…

e/ J’ai atterri dans une sorte de dimension parallèle dans laquelle la ville a été vidée de ses habitants et je suis la dernière survivante de la planète.

 

Je sonne donc comme une hystérique au portail de l’école, et là, une dame en chaussons poilus (oui, c’est bien les chaussons qui sont poilus, pas la dame) (quoique…) et en chemise de nuit (à 16h30???) m’ouvre, l’œil hagard et le cheveux en pétard:

"Ouiiiiiii?????"

Moi: "Mais…. OU SONT TOUS LES ENFANTS????"

Elle: "Mais Madame… Nous sommes mercredi…"

Moi: "................." (ouais je sais, c’est profond comme réflexion. On frise le surmenage intellectuel, là.)

Toujours moi, réalisant soudain:

"OH. MON. DIEU. Mercredi… Je veux disparaître. TOUT DE SUITE!!!"

 

2- Un autre mercredi (oui, j’ai un mauvais karma avec le mercredi), pour une raison dont je ne me rappelle plus (je vous avais prévenus!!! De l’emmental…), je ne travaillais pas, cette fois.

Maaaaaiiiis ce jour-là, dans mon esprit, nous n’étions TOUJOURS PAS mercredi.

J’accompagne donc ma progéniture à l’école à 08h20...

… La matinée se passe… Je suis bien, en forme, je dessine un peu, je me prépare à manger… Tranquillement, sans stress… Mon téléphone sonne et lorsque je vois le mot "Maternelle" s’afficher, je pense simplement que l’une de mes filles est malade;

"Bonjouuuuur, c’est la Directrice de l’école!!!!"

Moi, naïve: "Bonjouuuuuur!!!!"

La Directrice: "Je vous appelle car personne n’est venu récupérer les filles…."

Moi: [Grand Blanc - Gros bug - Décomposition par combustion spontanée]

Moi: "OH NOOOOOOOON!!!!! Nous sommes mercrediiiiiii (voix perchée dans les aigus, proche des ultrasons)!!!!"

La Directrice: "Oui Madame… Mercredi…"

Il était midi quarante-cinq.

J’ai dû passer pour la mère la plus indigne de l‘histoire de la parentalité, alors que je pensais mes petites bien en sécurité, à la cantine, dans leur école.

J’avoue que ce fut l’un de mes plus grands moments de solitude de toute mon existence, que j’espère encore suffisamment longue pour pouvoir refouler ce souvenir au tréfonds de mon subconscient, comme je sais si bien le faire.

Bizarrement, mes pertes de mémoire n’affectent que rarement les moments désagréables.

C’est tellement injuste…

 

3- Un jour, l’une de mes jumelles a perdu sa première dent.

Elle s’attendait donc légitimement à ce que la petite souris passe dans la nuit.

Mais cette dernière a mis 72 heures à faire son boulot, la cossarde…

La première nuit, elle avait oublié (oui, la petite souris AUSSI souffre de pertes de mémoire) de faire de la monnaie à la boulangerie du coin.

Vers 21 heures, elle se mit donc à retourner frénétiquement tous les tiroirs de la maison, espérant y trouver quelque pièce; mais pour une fois, rien n’y traînait, même dans le fameux vide-poches de l’entrée, qui d’ordinaire concentre la plus grosse masse bordélique du domicile.

Elle opta donc pour le choix de laisser un mot sous l’oreiller de la jeune endormie, en lui disant que la banque était à court d’argent, et qu’elle repasserait le lendemain.

Le subterfuge fonctionna fort bien et la petite souris fut très soulagée de constater que la petite n’était nullement frustrée de cette attente plus longue que prévue.

Maiiiiis la nuit suivante, la petite souris, cette grosse feignasse, s’était endormie d’un sommeil profond, ronflant à qui mieux-mieux (oui, depuis qu‘elle est enceinte, elle aussi, la petite souris ronfle comme un diesel), un petit filet de bave au coin des lèvres, pour ne se réveiller qu’aux cris de déception de la jeune édentée, sur les coups de 09 heures du matin:

"MAAAAAMAAAAAN!!!! La petite souris n’est TOUJOURS pas passée!!!!!"

La petite sou.. Euh… Moi, réfléchissant à toute allure:

"Mais, euuuh… Avais-tu bien mis ta dent sous l’oreiller, au moins?" (rholala, ouais, je sais, c’est super-moche…)

Ma fille: "Ah?! Il fallait mettre la dent dessous? Mais pourquoi tu ne me l’as pas dit???"

Moi, le visage grave, secouant la tête: "Eeeeh oui ma chérie… La Petite Souris elle vit du troc; si tu ne lui donnes pas ta dent, elle ne peut pas échanger l’ivoire contre de l’or et donc, elle ne peut pas te donner d’argent (j’aurais dû faire Trader…). Mais rien n’est perdu, on va la mettre ce soir et la petite Souris passera comme convenu!!!"

J’aurais également pu lui raconter que la Petite Souris était décédée, prise dans un piège au moyen d’un bout du gruyère qui sert de cervelle à Maman, mais c’eût été cruel.

Et effectivement, la troisième nuit, cette garce de Petite Souris tint sa parole.

 

Je vous le concède, c’est très vilain d’abuser ainsi de l’innocence et de la crédulité de ses enfants pour dissimuler sa déchéance neuronale et mnémonique;

ce qui me console, c’est que si vous êtes vous-même une lectrice enceinte et atteinte du même mal que moi, vous oublierez très vite tout ce que vous venez de lire.

 

En vérité, il y eu bien d’autres incidents empreints de blonditude au cours de ces 8 derniers mois, mais si je vous racontais tout, je perdrais définitivement ma crédibilité, et peut-être avec, la garde de mes enfants… et mon travail, parce que mes collègues ne sont pas en panne d’anecdotes me concernant.

Parce que… Il y eut cette fois où…

Rhaaa, j’avais pourtant dit que je me taisais…

Bon, allez, c’est la dernière, hein!!!

 

4- Début 2015, mon chef nous demanda de bien vouloir archiver tous les dossiers des années précédentes.

Sauf les dossiers jaunes, et ceux datant de 2014 et 2015.

Allez savoir pourquoi, j’ai occulté ces deux derniers critères et je me suis lancée à corps perdu dans mon classement, avec une efficacité et une rapidité redoutables.

J’y ai mis la conviction du déménageur slovaque de mon post sur le déménagement, vous vous rappelez? Ce grand gaillard qui roulait les "R" et portait à bout de bras 1 table et ses 8 chaises…

"Moi faire ce que toi demander!!!!"

Genre, vous m’auriez demandé de me jeter sous le tram, je l’aurais sans doute fait, oubliant le détail que représente le fait que très éventuellement, ça peut faire mourir.

 

Ah ça, pour archiver, j’ai archivé! Comme une dingue.

Car, lorsqu’on me demande quelque chose, je ne le fais pas à moitié…

…et c’était d’ailleurs bien là tout le problème:

J’ai TOUT archivé.

SAUF les dossiers jaunes.

Comme convenu.

Enfin, dans mon esprit, c’était comme ça que c’était convenu.

 

Fière de moi: "Tadaaaam!!! Et foualaaaa, j’ai finiiiii!!!!"

Mes collègues m’ont regardée, incrédules, et ont fini par réaliser ma boulette… Juste à temps, avant le départ définitif des cartons pour les archives.

Il a fallu défaire ces derniers et procéder à un nouveau tri.

Ce jour-là, j’ai beaucoup ri, tout en m’insultant copieusement intérieurement.

C’était curieux, comme mélange de sentiments.

 

 

- Par le pouvoir du prismeuh lunaire, transforme-moi!!!

Ouais, alors... Amenez-moi sur-le-champ le mec qui a osé affirmer que "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme" siouplé!!!!

Parce que là… en matière de perte (autre que celle de ma mémoire et de ma matière grise, je veux dire), je ne suis pas en reste depuis le début de cette grossesse, à commencer par mes cheveux.

Je ne vous parlerai même pas de mon sommeil.

Et sans doute, prochainement, de la perte des eaux….

Alors sa théorie fumante, il peut se la garder!

Par contre bizarrement, en matière de kilos, ça fonctionne. AAAAAAH effectivement, ils ne se perdent pas, ceux-là. Et il est vrai que mes muscles se sont progressivement transformés en lard.

C’est curieux.

Peut-être bien que mes cheveux ont disparu pour se transformer, aux aussi, finalement.

En ce fin duvet bizarroïde que j’ai retrouvé sur mon ventre, la semaine dernière, à mon grand désarroi.

Ca doit être pour tenir chaud au bébé, ch'sais pas.

On dit que la nature est bien faite, mais pour le coup, franchement, je m’interroge…

 

 

- J'ai encore rêvé d'elleuuuh:

Lorsque je parviens à dormir (ce qui devient rare…), je fais des rêves chelous, pour ne pas dire d'horribles cauchemars.

Un jour par exemple, j’ai rêvé que j’accouchais en avance d’une gaufre (oui-oui, vous avez bien lu: une gaufre. La force de l’inconscient qui crie famine, sans doute…) dans une sorte de boui-boui ma-gni-faïque, recouvert d’une tapisserie digne des années 60, à l’intérieur duquel des chinois tenaient un commerce de boîtes en carton.

Il faudrait que je demande à un psy la signification de ce songe, mais à vrai dire, je n’ose pas.

J’ai un peu peur de finir à l’asile entourée de petits bonshommes blancs.

 

 

 - Les dents de la mère: 

Enceinte, j’ai mal aux ratiches et je saigne des gencives. Parfois, je m’amuse à faire peur aux filles en jouant à Vampirella après m’être brossée les dents, ça marche très bien.

 

 

- Oh-Oh-Oh vertiiige de l'amouuur:

Depuis quelques mois, je suis sujette à de gros, gros vertiges, qui me donnent la surprenante impression, l’espace d’un instant, de graviter au-dessus de mon canapé, au mépris de la pesanteur. C’est grisant et un peu effrayant, aussi.

Mais fort heureusement, je réalise toujours très vite que mon gros bidon et MA pesanteur à moi, enrichie des 25 kg dont je parlais plus haut, rend toute défiance de l’attractivité terrestre impossible…

 

 

- Pique et pique et colegram:

L’un des gros dommages collatéraux de la grossesse, c’est le nombre de fois que cela nous oblige à affronter une aiguille.

Je ne suis pas douillette, mais j’avoue que ça a un côté pénible, a fortiori quand comme dans mon cas, à la prise de sang mensuelle s’ajoutent les injections de Rophylac… qui vous privent d’un usage normal de votre postérieur pendant 3 jours, parce que l’infirmière préfère l’intramusculaire à l’intraveineuse. La fourbe-sadique...!

Par usage normal, j’entends juste pouvoir poser mon derrière sur une chaise, n’allez pas vous imaginer des trucs cochons, eh!

Mais qu’est-ce que le Rophylac, me demanderez-vous?

C’est un produit administré à la femme enceinte dans le cadre de la prévention de l'allo-immunisation foetomaternelle Rh(D) chez les femmes Rh(D) négatif.

Je sais, ça ne vous éclaire pas beaucoup…

En gros, c’est à cause de mon facteur Jésus (à prononcer à l’espagnole. Ca donne: Rhésus).

Mais noooon, mon enfant n’est pas le fruit du facteur… Qu’est-ce que vous avez l’esprit mal tourné, alors!!!

J’ai un rhésus rare et négatif (B-). Il n’y a que moi pour ne rien faire comme les autres, tsss....

Or, mon bébé possède un rhésus positif (ce qui là encore, a dû être vérifié au moyen d’une nouvelle prise de sang… Quelle chance!), induisant le fait que mon organisme puisse le considérer comme un corps étranger et l’expulser sans ménagement.

Pour faire simple, le Rophylac sert justement à éviter une telle complication.

 

 

- J’ai d’la veine:

Très pratique pour les prises de sang justement, entre veines hyperdilatées et vergetures rougeâtres, mon corps est recouvert d'une formidable toile d'araignée apparente, depuis le début de ma grossesse… Ce n'est pas encore du Body Art, mais on s'en approche.

Bon, après tout, Michael Scofield s'est fait bien tatouer les plans de sa prison, lui... Si mon buste ressemble au labyrinthe de Dédale ou à la carte du chapitre 6 du programme de géographie de 3ème, aucune honte à cela:

"la mobilité, les flux et réseaux de communication territoriaux en France" (vous avez deux heures).

Réseau veineux

 


Voilà, je suis certaine qu’à la lecture de tout cela, plus d’une d’entre vous, primipare ou multipare, se reconnaîtra (en fait, je l’espère de tout mon cœur, car autrement, je risque d’éprouver un très grand sentiment de solitude, après m’être bien auto-humiliée publiquement!!!)…

Allez, plus qu’un mois à tirer, et je retrouverai enfin de ma splendeur!!!

(ça, c’est sans compter sur les nuits sans sommeil, l’allaitement et les cacas débordants… malgré tout, c’est beau, la maternité!)