PA280497

 

Cher lecteur, je suis SO SORRY de t'avoir tellement fait attendre, avant de publier la suite des nos aventuresques aventures!

Mais c’est que, comprends-tu, j’avais la lourde tâche d’accomplir un devoir sur... les probabilités (une sorte de mensonge calculé, fondé sur l'espoir des gens, couplé à ton facteur chance personnel).

AH!!! Dieu!!! Je me suis tellement entraînée, nuit et jour, à la sueur de mes méninges, que je sais désormais avec certitude:

 

-  quelle sera la combinaison gagnante au prochain tirage du loto,

- quelles sont les chances que je réussisse au CRPE,

- et je peux même estimer les risques qu’un cyclone frappe la Martinique au cours des 6 prochains mois (quoi, comment ça, fin de la période cyclonique depuis 15 jours?!!).

 

Alors si toi aussi, tu veux connaître ton avenir, envoie-moi « projet » (le vert, ça porte bonheur) au 6 27 32, suivi de ton numéro et ton code de carte bleue.

Je serai alors capable d’évaluer, avec une précision redoutable, quelles sont les probabilités pour qu’un jour, tu finisses riche.

Ou pas.

 

Bref...

Je me suis arrachée les cheveux sur un exercice de boules (oh ça va, hein, les esprits mal tournés!) à tirer (hé, toi, l’ado boutonneux!!! Oui-oui, toi, là-bas! Je t’ai vu pouffer!!! Quand on est encore puceau, on se tait!) les unes à la suite des autres, à la chaîne (bon, ça va, je ne dis plus rien)… dont nous a gentiment gratifié notre éminent professeur de maths, notre druide, notre gourou à tous, nous, pauvres étudiants du CRPE…

j’ai nommé Monsieur Chermak.

 

Cet homme, concentré de cellules grises, dénué de cheveux (il se les est probablement trop arrachés, lui aussi, sur des exercices de remplissage de baignoire. Conclusion: pour des cheveux forts et en bonne santé, mieux vaut la bonne vieille douche, dotée d’une évacuation à débit rapide, avec le shampoing Head and Shoulders, valeur sûre de votre chevelure) saurait sans doute vous réciter toutes les formules de maths connues en ce bas-monde, d’une traite, sans respirer.

Et parler la langue des signes ( +, x, -, ÷, ∑, √ and co) probablement bien mieux que l'interprète LSF recruté à l'occasion des funérailles de notre défunt Mandela (RIP).


Alors faute de -malheureusement- pouvoir nous transmettre un peu de son savoir par perfusion, ca brave Monsieur Chermak essaie d’instiller en nous l’amour l’esprit des maths, par force exercices à la puissance 10, le tout élevé au carré.

Ce qui n’est pas une mince affaire...

... mais je note, somme toute, des progrès considérables, et je m’en vais vous le prouver, immédiatement, par une démonstration digne d’Hypophy… euh… d’Hypathie d’Alexandrie:


3AB OQP H Ié  = 3QBC.

      3π

ET EN PLUS - car mes illustres connaissances ne s'arrêtent pas là!!!-  je sais aussi que Thales est un groupe d'électronique spécialisé dans l'aérospatial, la défense et les technologies de l'information, coté à la bourse de Paris.

La réciproque de Thales, c’est quand son action chute et que sa note BBB+ se retrouve dégradée par Fitch.

 

Oui, je sais, je sais... Je suis trop mathisée, je n’arrête pas de le dire…

Ha!!! J’en ai mal aux sinus, je sens que je vais prendre la tangente…

 

Alors, où en étais-je?

 

Ah oui!!! Je te contais notre palpitant périple au travers des zétazunidamérik.

Enfin, de Floride tout au moins.

 

La dernière fois, j’évoquais quelques généralités sur le pays au drapeau étoilé.

Aujourd’hui, je rentrerai plus dans les détails.


Je te préviens, lecteur, que lorsque je détaille quelque chose, je le fais à la manière de Flaubert et du roman d’apprentissage, autant te dire que tu risques d’être planté devant ton ordi pendant un bon moment.

Aussi, si tu dois prendre tes dispositions (aller aux toilettes, te faire couler un café, lancer une machine ou appeler ta Maman), c’est maintenant, car plus tard, captivé par mon récit, tu ne le pourras plus.

 

Tout a commencé par l’avion.

Quand on te dit « Floride », « USA », et « aéroport », automatiquement, par association d’idées, ton cerveau génère les images mentales suivantes:

avion de luxe  porte-avion  cia

Bref, la puissance, la grandeur, l’espace.

 

 

J’avais juste omis un détail... un tout petit détail...

Nous partions depuis...

la Martinique.

Et avec...

Air France.

A bord de cette petite tâche que vous voyez sur la photo:

100_0203


Adieu, écrans individuels, repas chauds et collations généreuses!!!

Heureusement, j’avais prévu mon bouquin de maths pour m’occuper durant le vol...

… dans la soute à bagages.

Chais pas, un acte manqué…

 

Vers 19 heures, la faim a commencé à se faire sentir. Nous avons eu droit à un jus de fruits et à un sandwich miniature, lequel comportait des œufs, ce que l’hôtesse a omis de préciser.

OR:

Je rappelle que mon fils est allergique aux œufs, depuis tout-petit (si vous ne vous en rappeliez pas, c'est que vous êtes un lecteur indigne);

et, à la première bouchée de l’aliment criminel, il fut saisi de hauts-le-cœur monumentaux, terrifiant sa voisine de rangée, qui entreprit de désespérées tentatives d’esquive, afin d’accroître l’espace entre mon pauvre petit malade et son généreux arrière-train.

Constatant, avec consternation, l'inefficacité de sa manoeuvre d'urgence, elle tendit, résignée, un sac en papier à mon rejeton, qui restitua poliment sa malheureuse bouchée dans un râle durant lequel la rangée tout entière retint son souffle.

Ah!!! Je vous avais prévenus, hein... la poésie flaubertienne, le réalisme….

 


Au terme de deux escales, dont une dans le très sinistré aéroport d’Haïti, nous survolâmes enfin les lueurs de Miami.

Bon, d’accord, j’abandonne le passé simple…

 

Donc, nous voilà dans un hall d’aéroport immense, tout en aluminium et carrelage, aux reflets métallisés, dans lequel régnait une atmosphère étrangement froide. Enfin, ça, c’était peut-être à cause de la clim… Il faut savoir que les floridiens sont de grands fanatiques de la climatisation.

Ils ont cette chance folle de bénéficier d’un climat à la douceur incomparable, et néanmoins, ils n’ont de cesse de se faire pousser des stalactites au coin des narines.

A moins que ce ne soit pour se préserver des rides, dans un souci de conservation, je l’ignore…

Toujours est-il que nous sommes tous tombés malades, en moins de 24 heures de ce régime.

Fort heureusement, le deuxième commerce le plus répandu aux zuêssas, après les supermarchés, ce sont les pharmacies, dans lesquelles il est aisé de trouver des remèdes habituellement délivrés sur ordonnance, en France.

Et j’ignore ce qu’ils mettent dans la composition de leurs médicaments (d’ailleurs, peut-être vaut-il mieux l’ignorer), mais en 2 prises de « Contact cold + flu », nous étions à nouveau sur pieds, prêts à partir à la conquête du sol américain.

 

Ou, tout au moins, de ses looooongues et immeeeeenses autoroutes...

 

Après une bonne nuit réparatrice, nous avons en effet pris la route pour Orlando, charmante ville située à 4 heures de là. 

Je dois dire qu’il est très agréable de conduire sur les autoroutes de Floride, bien qu’un peu... monotone;

il est vrai que les américains ne s’embarrassent guère de lignes courbes et de détours tarabiscotés;

non, ils vont au plus court chemin entre deux points: la ligne droite.

Ca plairait à M. Chermak...

 

PB011439

(soupir d'ennui...)

PB011440

(Loooong soupir d'ennui....)

 

Donc, l’Interstate est une ligne droite. Droite, droite, droite…

Même mon GPS, mis au chômage technique, s’ennuyait ferme: « continuez sur 214 kilomètres » fut sa seule phrase en 2 heures.

J’ai même pensé qu’il était défectueux, à un moment.

Etonnamment, les américains n’en profitent pas pour se payer quelques accès de vitesse à la Kéké-attitude de chez Kéké-land, non; ils restent disciplinés, programment leur régulateur de vitesse et poursuivent tranquillement leur chemin.

La différence entre un automobiliste américain et un automobiliste marseillais, c’est que le conducteur marseillais parle avec les mains, alors que le chauffeur américain conduit sans les mains.

Voilà.

Ca et là, flottaient quelques drapeaux, histoire - tout de même - de nous rassurer:

« Vous êtes - toujours - aux USA ».

 

Une nuit de détente plus tard, nous avons enfin pu franchir LA porte:

LA porte des étoiles, LA porte du Paradis, LA porte de toutes les promesses, la porte-à-faux

Bref, nous avons franchi la porte de Disneyworld!!!

Quelle magie…

Je me sentais comme Wendy survolant Neverland… accueillie par une déclaration d’amour de Peter Pan, tout en chemtrails-de-poudre-de-fée-Clochette, rien de moins:

 

PA260036

Alors, la classe ou pas?!

 

Ah, ce Disneyworld… Totalement régressif;

là-bas, toute logique y est inversée, les enfants deviennent prudents (« Mamaaaan, j’ai un peu peur des loopings du grand 8 !!!!! ») et les parents inconscients et un peu niais (« Meeeeeuh non mon chéri, c’est trop génial de se retrouver la tête en bas, l’estomac dans les talons et la cervelle à l’envers!!!! Youhouuuuuu!!!! Tagadaaaaaaa!!!! On grandira plus tard, hi-haaaa!!!!! »).

 

PA290673


Vous voyez, sur cette photo, le mot « Thrills »?

Eh bien, c’est le mot que recherchent frénétiquement tous les parents sur les plans du parc;

« Thrills » pour frissons, pour excitation, pour chatouilles dans le ventre, pour explosion simultanée d’adrénaline et d’endorphines, bref… des sensations fortes pour adultes, terriblement addictives, qui devraient être censurées par la rédaction…

 

Et puis, chez Disney, les visiteurs se sentent uniques, tout ca parce qu’on les appelle « guests » et qu’ils ont la possibilité de faire graver, à tout jamais, leur nom dans les dallages du parc, ou bien sur d'immenses plaques, qui ressemblent plus à des monuments aux morts qu'à autre chose…

PA290668

PA290669

PA300893

                                                  La tombe du "guest" inconnu

 

PA300894

Ci-gît Mawie, née en 1982, décédée en 2013 dans un terrible accident de Splash Mountain.

 

… alors qu’en réalité, ils sont bêtement agglutinés les uns aux autres, en une masse totalement dépersonnalisée, d’une ingénuité affligeante (n’importe quel visiteur, devant une peluche vivante Mickey, redevient un môme privé de tout jugement rationnel: « Ooooh Mickey!!!! I love you so much!!! SMAAACK! »)…


Non, mais c'est vrai, regardez-moi sur cette photo:

 

PA270211

 

NAAAAN pas le babouin!!! La fille, juste à côté! Celle qui arbore un sourire de ravie de la crèche!

Làààà, c'est moi....

Bon, vous êtes d'accord?! A coup sûr, Rafiki m’a fait sniffer quelque substance illicite extraite de sa calebasse!

Non, vraiment… je décline toute responsabilité quant à ma présence sur ce cliché, car si j’avais été en pleine possession de mes facultés, JAMAIS je n’aurais posé auprès d’un animal incarné par un humain, en oubliant que sous le déguisement se cachait peut-être un pauvre étudiant exploité par le parc, étouffant dans la moiteur de son masque, suant des aisselles et emboucanant des pieds…

 

Ah!!! Nous somme beaux, cartes bleues sur pattes, rejoignant le reste du troupeau, bluffés par tant d’artifices, tant de technologie… Acheminés, comme hypnotisés, vers la consommation à grande échelle… Guidés par un engouement superficiel, vers un monde féérique - qui n’existe que dans notre esprit conditionné - par une propagande menée…

... PAR UNE SOURIS.

On se sent un peu ridicule, n’est-ce pas, après avoir lu cette phrase.

Mais bizarrement, après avoir goûté aux joies de Disney Hollywood Studio, Epcot, Animal Kingdom et Magic Kingdom, on ne ressent aucune culpabilité à s’être ainsi laissé aller à un telle débauche de puérilité…

 

Je crois que c’est-ce qu’on appelle l'embrigadement, ou quelque chose comme ça.

 

Oh, et je ne vous ai pas raconté:

au gré de nos pérégrinations, un homme au look incertain s’est soudain approché de moi, s’est planté en face de mon fils et a dit a ce dernier:

 

« I’M YOUR FATHER - kshhhhhh ».

PA260047

En plus, z'avez vu?! Un bonhomme a immortalisé la scène avec son portable, croyant détenir un scoop.

Je suis sure que ça a fait la une de Orlando Match: "La Mawie, mère de son propre fils".

J’ai eu beau chercher une ressemblance entre lui et mon rejeton, hormis le fait que lui aussi était noir, comme mon mari, je n’ai rien décelé de suffisamment probant.

Je pense qu’il a confondu avec le petit Prince Michael Jackson.

 

Imperturbales, nous avons poursuivi notre promenade, et au détour d’un décor en carton-pâte, j’ai enfin trouvé les plans de LA future demeure de mes rêves!!!

 

PA260062

Résidence principale

PA260063

Résidence secondaire

Rhaaa, j’hésite… La dernière me semble pas mal, qu’en dites-vous?

Un peu prétentieuse, peut-être, non? Ca va nous coûter cher en impôts fonciers, ça...

Quoiqu’il en soit, de bons architectes ont déjà entamé les fondations dans mon jardin...

 

PA270053

 Termitière géante - Animal Kingdom Park.

 

… et j’ai même trouvé mes gardes du corps (j’étais tentée de proposer le poste à Kévin Costner, mais étant donné qu’il a failli à sa tâche avec Whitney Houston -paix à son âme- je me suis finalement abstenue)…

 

PA270083  PA270087

"T'as des Nike? Tu rentres pas!!!
Tu vois moi, petits mocassins 49.90€: je rentre.
Toi, avec tes Nike à 300€: tu rentres pas EUH!"

 

 

… ainsi qu’un bon chien de garde, baptisé Rex, T - Rex:

 

PA270096

 


Les effets du stupéfiant insidieusement administré par Rafiki ont dû mettre beaucoup de temps à se dissiper, car 2 heures après, j’avais encore des visions stupéfiantes:

PA270116

PA270119

PA270120

PA270123

PA270127

PA270129

PA270133

PaRave... euh... Parade Party.

Je vous rassure, depuis, j'ai atterri... à mon grand regret, car il n'est pas si désagréable de se retrouver propulsée dans un monde imaginaire, peuplé d'attachantes créatures, en version "real" et grandeur nature.

Le champignon magique, c'est ludique, quand même: ça vous réduit l'âge mental à la taille "X-Small" et vous restitue votre âme d'enfant.

Un enfant détenteur d'une carte bleue, tout de même.

Eeeeh oui... toutes les substances addictives se monnayent... ;)

 

Mais notre voyage ne s'arrête pas là!

Aussi, la prochaine fois, je vous laisserai entrevoir un aperçu du magnifique parc des Everglades, et de ses fascinants aligators...

Si toutefois Monsieur Chermak ne m'accable pas de devoirs sur les stasti... satisti... statsitsi... bref, les stats,

et autre joyeuseries chiffrées.

 

A bientôt chez les crocos!!!

 

N.D.L.R: Les crabes en marinade ont l'honneur de vous transmettre les salutations de leurs éminents concitoyens, Ariel, Jack Sparrow et Nemo. 

 

PA280439

 

PA311115

 

PA280321